Soutien à l'éolien: le feu vert européen se fait attendre et inquiète les industriels

Paris - Les industriels français de l'éolien se sont dit mardi préoccupés car toujours dans l'attente du feu vert de Bruxelles au mécanisme transitoire de soutien public à l'éolien pour cette année, qui s'il arrive trop tard pourrait bloquer des projets.

Il y a eu un accord politique entre l'Etat et la Commission européenne mais nous sommes dans l'expectative et préoccupés car celui-ci peine à se concrétiser par une validation formelle, a indiqué Olivier Pérot, président de France Energie Eolienne, qui regroupe les acteurs français du secteur, lors d'une rencontre avec la presse.

Jusqu'à fin 2015, les projets éoliens étaient subventionnés via des tarifs d'achat bonifiés de l'électricité qu'ils vendent à EDF.

Mais dès 2017, leur production sera vendue directement sur le marché de l'électricité, au prix du marché, auquel s'ajoutera une prime permettant d'atteindre un prix de référence garanti.

L'année 2016 est considérée comme une année de transition. Selon la proposition faite à Bruxelles par la France, les projets qui ont fait leur demande pour bénéficier du tarif d'achat bonifié cette année devront eux aussi vendre l'électricité qu'ils produiront sur le marché, mais la prime serait calculée en référence au tarif d'achat de 2015, fixé à 82 euros le mégawattheure, explique M. Pérot.

Ce tarif avait été validé par la Commission européenne en 2014 mais Bruxelles pourrait le considérer maintenant comme trop élevé, étant donné la maturité de la filière éolienne, expliquant la longueur des discussions avec la France, estime M. Pérot.

Beaucoup de développeurs qui ont déposé leur demande en 2016 ont pourtant monté leurs projets sur la base de ce tarif d'achat de 82 euros. Notre préoccupation c'est qu'ils ne soient pas lésés, qu'il n'y ait pas de perte de valeur pour eux, explique M. Pérot.

Pour certains ce qui est en jeu, c'est leur existence même, insiste-t-il.

Pour le président de FEE, outre la question du prix, il faut que le feu vert de Bruxelles arrive début décembre pour avoir le temps de convertir les contrats d'achat de l'ancien régime vers le nouveau régime.

Par ailleurs, les textes encadrant le nouveau système à partir de 2017 sont également toujours en cours d'examen.

mhc/fpo/gib

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

(©AFP / 22 novembre 2016 19h23)