Strasbourg: l'auteur présumé de l'attentat avait été incarcéré en Allemagne

Berlin - L'auteur présumé de l'attaque mardi à Strasbourg a été incarcéré en Allemagne en 2016 pour cambriolages, ont indiqué mercredi les autorités allemandes.

Le suspect a été condamné à "2 ans et 3 mois de prison en 2016 pour cambriolages", a précisé à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur de la région de Bade-Wurtemberg, où l'intéressé avait sévi.

Il a purgé un peu plus d'un an en Allemagne avant d'être expulsé en France, a-t-il ajouté.

Selon le journal Tagesspiegel, il avait cambriolé un cabinet dentaire à Mayence en 2012, où il avait notamment dérobé de l'argent liquide et des dents en or.

Quatre ans plus tard, il s'en était pris à une pharmacie à Engen, près du lac de Constance.

En revanche l'homme ne s'est pas signalé en Allemagne par ses sympathies ou son prosélytisme islamiste.

"Il avait dans ce domaine un casier vide", a indiqué à l'AFP une porte-parole de la police judiciaire.

La traque policière bat son plein en France pour retrouver l'homme de 29 ans fiché S (pour "sûreté de l'Etat") soupçonné d'avoir tué mardi soir deux personnes, une troisième étant en état de mort cérébrale, et d'en avoir blessé douze autres.

L'attaque a été perpétrée dans le secteur du célèbre Marché de Noël de Strasbourg (nord-est de la France), depuis longtemps objet de l'attention des autorités.

En Allemagne, les autorités ont quant à elles renforcé leurs contrôles le long de Rhin, a indiqué le porte-parole. Et elles sont sur le qui-vive ailleurs dans le pays.

Une fausse alerte a été ainsi déclenchée dans la matinée sur une autoroute du nord de l'Allemagne, près de Brême, lorsque la police a intercepté un taxi immatriculé en France avec trois passagers à bord.

Le suspect de Strasbourg a en effet pris la fuite à bord d'un taxi.

Mais alors que dans un premier temps des témoins avaient signalé que l'un des occupants était masqué, la police a affirmé que ce n'était pas le cas. En fouillant le véhicule, la police scientifique n'a également pu faire aucun rapprochement avec l'individu recherché.

Les trois personnes qui avaient été interpellées pour vérifications "n'avaient rien à voir avec l'attentat de Strasbourg et ont été remises en liberté", a déclaré un porte-parole de la police locale à l'agence allemande dpa.

(©AFP / 12 décembre 2018 14h57)