Swatch divise par deux son bénéfice en 2016 et réduit son dividende

(synthèse actualisée avec cours de clôture)

Zurich (awp) - Swatch a enregistré en 2016 des résultats en nette baisse et inférieurs aux attentes des analystes. L'horloger reste néanmoins confiant pour 2017, tablant sur une "croissance saine" en monnaies locales, les ventes étant à nouveau en hausse en Asie et au Moyen-Orient depuis quelques mois, y compris pour les marques de luxe. Les reversements aux actionnaires ont par ailleurs été réduits, a indiqué le groupe jeudi.

Swatch a vu son bénéfice net s'effondrer de près de moitié à 593 mio CHF en comparaison annuelle. Selon des chiffres non audités, le résultat opérationnel (Ebit) a chuté de 44,5% à 805 mio CHF, correspondant à une marge opérationnelle de 10,7%. En 2015, la même marge s'était établie à 17,2%.

La faible utilisation des capacités de production en est la principale cause, explique le groupe biennois dans un communiqué. La banque Vontobel souligne de son côté que la marge opérationnelle est la plus basse enregistrée depuis 1997.

Le chiffre d'affaires s'est pour sa part replié de 10,6% à 7,56 mrd CHF et de 10,8% en monnaies locales. L'exercice a été marqué par un net recul de la consommation, en particulier au premier semestre.

Swatch proposera à ses actionnaires un dividende abaissé à 6,75 CHF par action au porteur et 1,35 CHF par nominative, contre respectivement 7,50 CHF et 1,50 CHF pour 2015.

Les résultats sont en dessous des prévisions des analystes consultés par AWP. Le consensus escomptait un chiffre d'affaire de 7,72 mrd CHF, tandis que l'Ebit était attendu à 848 mio et le bénéfice net à 666 mio. Les spécialistes espéraient un dividende un peu plus élevé à 7,05 CHF pour l'action au porteur.

MEILLEUR DEUXIÈME SEMESTRE

Le segment Montres et Bijoux, production incluse, a généré un chiffre d'affaires net de 7,31 mrd, en repli de 10,7%. La marge opérationnelle de la division a atteint 12,2%, contre 18,8% en 2015. Le groupe précise que celle-ci a pu être amélioré de 2 points de pourcentage au second semestre par rapport au premier.

Pour 2017, la direction table sur une "croissance saine en monnaies locales", la marche des affaires ayant évolué dans la bonne direction sur les mois de novembre, décembre et janvier, notamment en Chine continentale. L'Europe et les Etats-Unis devraient suivre le même mouvement.

"Avoir maintenu les capacités de production ainsi que le personnel motivé permet de répondre immédiatement à cette demande accrue", met en exergue le groupe détenant notamment Omega et Tissot.

Les analystes de Bernstein s'attendent aussi à ce que la tendance positive se confirme en 2017, mais à leurs yeux, cela ne justifie pas la décision de Swatch de ne pas revoir ses capacités de production à la baisse. La marge opérationnelle s'améliorera avec la reprise des ventes, mais bien moins que ce que l'on pourrait obtenir avec une stratégie de production "prudente et réaliste", insistent-ils.

Vontobel note que les coûts de main d'oeuvre ont reculé de 2% mais les autres dépenses ont augmenté de 3%, ce qui signifie que les efforts en la matière ont été limités.

LA CHUTE DE HONG KONG RALENTIT

Le groupe poursuivra sa stratégie de renforcement de la production suisse et ce, malgré des conditions de changes très négatives.

L'extension "sélective" de son propre réseau de distribution est également au programme cette année. En 2016, 100 points de ventes supplémentaires ont permis de renforcer les activités de vente au détail, qui génèrent 30% du chiffre d'affaires.

En Europe, les ventes ont reculé notamment France et en Belgique, les touristes ayant délaissé ces destinations après les attentats. Ce qui a également été en partie le cas en Allemagne et en Suisse. La situation est restée stable en Italie et en Espagne. Au Royaume-Uni, les ventes ont enregistré une croissance à deux chiffres profitant de l'affaiblissement de la livre.

La situation à Hong Kong s'est "normalisée" ces derniers mois, à la fois dans l'activité de vente au détail, globalement revenue au niveau de l'an dernier, et via la vente par des distributeurs et détaillants.

L'horloger souligne aussi que la Chine continentale a vu la demande bondir de plus de 20%, et de manière encore plus importante dans le propre réseau de distribution. La Corée du Sud a également enregistré une croissance à deux chiffres, à l'instar du Moyen-Orient.

Le chiffre d'affaires est resté stable en Inde malgré la démonétisation. L'Amérique du Nord a quant à elle enregistré un léger repli des ventes.

Les stocks de marchandises ont reculé quelque peu et s'élevaient à 6,3 mrd fin 2016, contre 6,2 mrd en 2015. Selon le communiqué Swatch a racheté des actions propres pour une valeur de CHF 332 mio dans le cadre d'un programme de rachat d'actions sur trois ans, qui vise la réappropriation de titres d'une valeur d'un milliard de CHF.

A la clôture de la Bourse suisse, le titre Swatch a fini sur un gain de 1% à 354,2 CHF après avoir passé une grande partie de la journée dans le rouge. Le SMI pour sa part a fini en baisse de 0,63%.

ol/lk/al

(AWP / 02.02.2017 18h02)