Syrie: 1.700 combattants transférés du front anti-EI vers celui d'Afrine (forces arabo-kurdes)

Raqa (Syrie) - Quelque 1.700 membres de la coalition arabo-kurde combattant le groupe Etat islamique (EI) dans le nord-est de la Syrie vont être redéployés à Afrine (nord-ouest), enclave kurde cible d'une offensive turque depuis janvier, ont annoncé mardi les Forces démocratiques syriennes (FDS).

"Nous avons pris la décision difficile de retirer des combattants de la banlieue de Deir Ezzor et des fronts anti-EI pour les déployer à Afrine", a indiqué à l'AFP Abou Omar al-Idlebi, un responsable militaire des FDS, lors d'une conférence de presse à Raqa.

"Nos parents à Afrine constituent une priorité et leur protection est plus importante que les décisions prises par la coalition internationale" dirigée par les Etats-Unis et alliée aux FDS dans la guerre contre l'EI, a-t-il ajouté.

Ces combattants seront essentiellement composés d'Arabes, originaires du nord de la Syrie, et seront déployés cette semaine, selon la même source.

La Turquie a lancé le 20 janvier une offensive contre l'enclave d'Afrine dans le but d'y déloger la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) qualifiée de groupe "terroriste" et considérée par Ankara comme une menace à sa frontière.

L'annonce des FDS intervient alors que les forces turques continuent de progresser sur le terrain, avec la prise mardi d'une nouvelle localité, portant à 100 le nombre de villages conquis depuis le début de l'offensive turque, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les Turcs et leurs supplétifs syriens "contrôlent désormais 40% d'Afrine", a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

Les FDS, dont les YPG constituent la colonne vertébrale, sont soutenues par les Etats-Unis depuis plusieurs années dans leur lutte contre l'EI.

Désormais stationnées sur la rive est de l'Euphrate, elles ont été le fer de lance de la guerre pour déloger les jihadistes de Raqa, ancien chef-lieu de l'EI, ainsi que de Deir Ezzor.

Elles n'ont toutefois pas reçu de soutien de la part de Washington face à l'offensive turque à Afrine.

"Nous avons combattu Daech et avons aidé la coalition à Raqa, mais celle-ci n'a pas soutenu ses partenaires", a souligné M. Idlebi, utilisant un acronyme en arabe de l'EI. "Nous n'attendrons aucune décision (de la coalition) et nous nous dirigeons vers Afrine".


(©AFP / 06 mars 2018 13h36)
News les plus lues