Syrie: 2e jour de raids du régime contre les Kurdes à Hassaké

Hassake (Syrie) - Les avions du régime syrien ont frappé vendredi, pour la deuxième journée consécutive, des secteurs tenus par les forces kurdes à Hassaké, une ville du nord-est du pays en guerre, a constaté un journaliste local travaillant pour l'AFP.

Huit raids ont visé des cibles dans le sud-ouest de la ville, dont les deux-tiers sont contrôlés par les Kurdes et le reste par le régime du président Bachar al-Assad.

De violents combats opposent depuis mercredi les forces prorégime à la police kurde (Assayech) après des accusations mutuelles d'arrestations, faisant 39 morts -23 civils, 16 combattants dont neuf miliciens kurdes-, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Par ailleurs, les forces kurdes ont enlevé des dizaines de miliciens pro-régime et selon l'OSDH, des milliers d'habitants ont quitté la ville, théâtre de combats et où le pain manque et l'électricité est coupée.

Les combattants kurdes ont sécurisé une route et offert des moyens de transports à des civils qui voulaient aller vers des régions plus sûres, a déclaré Sihanouk Dibo, un responsable du Parti de l'union démocratique (PYD), principale formation kurde en Syrie.

Le régime syrien poursuit ses bombardements contre les forces kurdes et les civils comme s'il voulait déclencher une guerre avec nous mais nous résisterons à toutes les attaques, a-t-il ajouté.

C'était la première fois depuis le début du conflit en mars 2011 en Syrie, que l'armée de l'air frappait jeudi des positions kurdes.

Après deux semaines de tensions à Hassaké, les Kurdes avaient réclamé la dissolution des Forces de défense nationale (FDN, milices prorégime) dans la ville peuplée d'une population mixte arabe et kurde.

Jeudi, une source gouvernementale locale a affirmé à l'AFP que les bombardements étaient un message aux Kurdes pour qu'ils cessent de faire ce genre de revendications qui touchent à la souveraineté nationale.

Les Kurdes de Syrie (15% de la population) ont auto-proclamé en mars une région fédérale et rêvent de relier les régions sous leur contrôle dans le nord du pays. Les combattants kurdes sont devenus, notamment aux yeux de Washington, la force la plus efficace contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Avant la guerre, Hassaké comptait 300.000 habitants, moitié Arabes moitié Kurdes. Depuis, la ville a accueilli 114.000 déplacés, en majorité une population arabe venue de la province voisine de Deir Ezzor. Hassaké comprend aujourd'hui 55% d'Arabes et 45% de Kurdes, selon le géographe expert de la Syrie Fabrice Balanche.

(©AFP / 19 août 2016 17h55)
News les plus lues