Syrie: des rebelles prennent le contrôle d'un point de passage avec l'Irak

Beyrouth - Un groupe de rebelles syriens a pris la contrôle tard vendredi soir d'Al-Tanaf, un point de point de passage à la frontière avec l'Irak voisin, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces rebelles sont entrés sur le territoire syrien par la Jordanie, où ils ont été entraînés, pour ensuite se diriger vers Tanaf dont la partie irakienne est contrôlée par les combattants de l'organisation Etat Islamique (EI), selon cette ONG qui dispose d'un vaste réseau d'informateurs en Syrie.

En mai dernier, l'EI s'était emparée de la totalité de la ville antique de Palmyre mais aussi d'Al-Tanaf, qui était jusqu'alors le dernier point de passage de la frontière syro-irakienne encore aux mains du régime de Bachar al-Assad.

Des bombardements aériens de la coalition emmenée par les Etats-Unis ont toutefois forcé le retrait des combattants de l'EI du côté syrien de ce point de passage, facilitant ainsi l'avancée des rebelles, a indiqué le chef de l'OSDH, Rami Abdel Rahman.

Certains de ces rebelles sont originaires de la province de Deir ez-Zor, près de la frontière irakienne, et ont été expulsés de chez eux par l'EI, tandis que les autres viennent de Homs et de Qalamoun, près de Damas, a-t-il expliqué à l'AFP.

Sur le reste de la frontière irako-syrienne, l'EI contrôle encore le point de passage central et stratégique d'Abou Kamal et des combattants kurdes celui de Yarabiah, plus au nord.

L'été dernier, l'EI avait déjà perdu le contrôle, aux forces kurdes, du point de passage de Tal Abyad à la frontière entre la Syrie et la Turquie.

Plus tôt vendredi, deux raids aériens avaient frappé une zone rebelle à l'est de Damas, une première depuis le début de la trêve il y a une semaine, selon l'OSDH.

Cette trêve, initiée par la Russie et les Etats-Unis, ne s'applique pas aux groupes jihadistes Etat islamique (EI) et le Front al-Nosra (branche locale d'al-Qaïda), classés terroristes par l'ONU, mais normalement aux forces syriennes et aux rebelles dits modérés.

(©AFP / 05 mars 2016 00h02)
News les plus lues