Syrie: l'EI prend une localité dans le sud

Beyrouth - Des jihadistes affiliés au groupe Etat islamique (EI) se sont emparés d'une localité du sud de la Syrie au terme de combats avec des rebelles ayant fait près de 30 morts, a annoncé jeudi une ONG.

La localité de Heet, dans la province de Deraa non loin de la frontière avec la Jordanie et de la ligne de démarcation du plateau du Golan, occupé en majeure partie par Israël, a été conquise par l'EI dans la nuit de mercredi à jeudi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les rebelles qui tenaient cette localité avaient récemment accepté, dans le cadre d'un accord dit de "réconcialiation" avec le régime, qu'elle passe sous son contrôle, mais les forces gouvernementales ne s'y étaient pas déployées.

Mercredi, Heet a été la cible d'une offensive lancée par l'Armée Khaled ben al-Walid, un groupuscule jihadiste basé dans le sud-ouest de la province qui avait prêté allégeance à l'EI en 2016.

"Après de violents combats, l'Armée Khaled ben al-Walid a pris le contrôle de Heet, malgré les raids menés par l'aviation du régime et de son allié russe", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les violences depuis mercredi ont fait 28 morts: 16 combattants rebelles et 12 jihadistes, selon l'OSDH.

Les accords dits de "réconciliation", négociés par l'allié russe du régime, s'apparentent davantage à une capitulation des rebelles.

Selon l'OSDH, à la faveur de ces accords, le pouvoir contrôle désormais près de 80% de la province de Deraa, où les forces du régime avaient lancé le 19 juin une offensive pour reprendre le contrôle des secteurs aux mains des rebelles, selon l'OSDH.

Ces accords sont d'abord entrés en vigueur dans l'est de la province avant d'être ensuite appliqués dans l'ouest. Mais ce processus n'a pas encore débuté dans les quartiers insurgés de Deraa, chef-lieu de la province.

Les médias étatiques syriens ont confirmé mercredi soir que l'accord serait bien appliqué dans la ville.

L'initiative prévoit notamment l'abandon par les combattants de leur artillerie lourde et moyenne, selon l'agence officielle Sana.

Grâce au soutien militaire de ses alliés russe et iranien, le régime Assad a repris le contrôle de plus de 60% du pays, ravagé et morcelé par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts depuis 2011.

(©AFP / 12 juillet 2018 12h57)
News les plus lues