Syrie: l'armée progresse aux portes de la province d'Idleb

Beyrouth - L'armée syrienne aidée de l'allié russe a progressé jeudi aux portes de la province d'Idleb, la dernière à échapper entièrement au régime dans le pays en guerre, a rapporté une ONG en faisant état de dix civils tués dans les violences.

Cette avancée pourrait être le signe d'une future offensive de grande envergure dans cette province (nord-ouest), contrôlée dans son immense majorité par Tahrir al-Cham, une coalition de jihadistes et de rebelles islamistes dominée par le groupe Fateh al-Cham, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

Depuis le début de la semaine, de violents combats se déroulent à la périphérie de cette région entre les forces du régime et Fateh al-Cham, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée, soutenue par des frappes aériennes russes, "s'est emparée de plusieurs villages et localités" à cheval entre la province d'Idleb et celle voisine de Hama (centre), a-t-il précisé.

"Au moins dix civils, dont quatre enfants, ont été tués par des raids aériens syriens et russes, ainsi que par l'artillerie du régime, contre cinq localités et villages (dans la province) adjacents à la zone de combat", a-t-il ajouté.

"Le régime veut s'emparer du sud-est de la province d'Idleb", a souligné M. Abdel Rahmane, dont l'Observatoire dispose d'un large réseau de sources à travers le pays ravagé par la guerre depuis 2011.

En été, Fateh al-Cham, connu par le passé sous le nom de Front al-Nosra, a mené un coup de force contre ses ex-alliés rebelles et contrôle désormais l'immense majorité de la province d'Idleb.

Selon l'OSDH, l'armée a lancé il y a quelques jours une opération près de la province, d'où les troupes du régime ont été chassées en 2015 par des groupes rebelles et jihadistes.

Cette province est l'une des quatre zones de "désescalade" établies en Syrie pour faire baisser les violences, après des accords entre Moscou, Téhéran, autre allié du régime de Bachar al-Assad, et Ankara qui soutient l'opposition au régime.

Depuis l'intervention militaire en 2015 de la Russie, venue à la rescousse de son allié Bachar al-Assad qui était en mauvaise posture, le régime syrien a réussi à reprendre la majorité des régions aux rebelles et à chasser le groupe jihadiste Etat islamique (EI) de la grande partie de la province orientale de Deir Ezzor.

Déclenché par la répression de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire morcelé. Il a fait plus de 340.000 morts et des millions de déplacés.


(©AFP / 28 décembre 2017 18h48)
News les plus lues