Syrie: une force soutenue par Washington accuse Moscou de l'avoir bombardée

Beyrouth - Une force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis en Syrie a accusé lundi la Russie d'avoir bombardé une usine de gaz qu'elle contrôle dans l'est du pays en guerre, tuant un de ses combattants et en blessant d'autres.

"La Russie a mené des raids aériens et tiré des obus de mortier contre l'usine de gaz de Conoco, où se trouve un grand nombre de combattants, blessant au moins six d'entre eux", a indiqué à l'AFP Lilwa Abdallah, une porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Un communiqué publié plus tard par les FDS a indiqué qu'un de leurs combattants avait été tué et six autres blessés.

Cette alliance soutenue par les Etats-Unis avait chassé samedi le groupe jihadiste Etat islamique (EI) du site de Conoco, qui était la plus importante usine de traitement de gaz en Syrie avant la guerre.

L'usine se situe dans la province de Deir Ezzor (est), dernière encore aux mains de l'EI en Syrie. Les jihadistes font l'objet de deux offensives séparées dans cette province: l'une menée par les FDS avec l'aide de Washington, l'autre par l'armée syrienne appuyée par la Russie.

D'après Lilwa Abdallah, qui est la porte-parole de l'offensive des FDS à Deir Ezzor, les forces du régime ont également bombardé lundi des positions du FDS peu après les raids russes.

"Nous nous réservons le droit de riposter face à n'importe quelle force", a-t-elle prévenu.

Une "ligne de déconfliction" avait été établie pour éviter les incidents entre les différents acteurs engagés dans Deir Ezzor, selon la coalition internationale.

Mais c'est la deuxième fois que les FDS accusent Moscou de les bombarder dans Deir Ezzor. Le 16 septembre, cette alliance avait soutenu avoir été la cible de bombardements de Moscou et du régime syrien près de la ville de Deir Ezzor. La Russie avait démenti.

Moscou avait accusé le 21 septembre les combattants des FDS d'avoir ouvert le feu contre les troupes gouvernementales près de Deir Ezzor et averti les militaires américains qu'un nouvel incident du même type entraînerait une riposte.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés.


(©AFP / 25 septembre 2017 13h49)
News les plus lues