Trump: la Suède présente sa version des faits face aux infos

Stockholm - Le gouvernement suédois, agacé par les propos de Donald Trump liant l'immigration à une présumée poussée de violence dans le pays scandinave, a présenté sa version des faits pour battre en brèche les informations "simplistes" ou "erronées".

Sur son site internet, le ministère des Affaires étrangères a rendu public jeudi soir une série de "faits" répondant à diverses "assertions simplistes ou complètement erronées" diffusées depuis les déclarations du président américain lors d'un meeting le 18 février en Floride.

Egrenant la liste des villes européennes frappées par des attentats terroristes ces derniers mois (Paris, Bruxelles, Berlin, Nice), Donald Trump avait semblé évoquer une attaque de ce type survenue le 17 février à Stockholm.

"Regardez ce qui se passe en Allemagne, regardez ce qui s'est passé hier soir en Suède. La Suède, qui l'aurait cru? La Suède. Ils ont accueilli beaucoup de réfugiés, et maintenant ils ont des problèmes comme ils ne l'auraient jamais pensé", avait-il lancé.

Mis à part le fait qu'aucun incident grave ne s'était produit en Suède, ces déclarations avaient suscité l'indignation dans le pays nordique et nourri d'innombrables articles de presse.

Mis en cause pour sa politique généreuse d'accueil des migrants (244.000 entre 2014 et 2015), le gouvernement suédois de gauche (sociaux-démocrates et écologistes) a finalement décidé de livrer sa vérité.

S'agissant de terrorisme, le ministère des Affaires étrangères rappelle que l'unique tentative d'attentat sur le territoire national s'est produite en décembre 2010. "Elle n'a pas fait de victime, sauf l'assaillant" qui s'est fait exploser dans le centre de Stockholm, souligne le ministère.

Les autorités suédoises réfutent également une autre "allégation" douteuse à leurs yeux selon laquelle la Suède enregistrerait "une hausse importante de la violence par armes à feu".

"De façon générale, la violence a diminué en Suède ces 20 dernières années" même si la perception de la violence dans la population a, elle, augmenté, au gré de l'immigration, admet-on.

Or "bien que le nombre d'immigrés ait progressé en Suède depuis les années 1990, l'incidence de crimes violents a reculé" et "les études ne mettent pas en évidence que l'immigration conduise à une hausse de la délinquance", ajoute le ministère.

Quant aux viols, "leur nombre déclaré a augmenté mais la définition du viol s'est élargie, ce qui complique la comparaison statistique". Par exemple, note le texte, "si une femme affirme avoir été violée par son mari chaque nuit pendant une année, 365 faits criminels seront enregistrés, alors que dans la plupart des pays, ils n'en constitueraient qu'un seul".

Sofia Karlberg, responsable de la communication du ministère, explique que le gouvernement a souhaité en publiant ce texte "rendre une image correcte et équilibrée" de la situation dans le pays.

"Il n'est pas rare que la Suède soit utilisée à l'étranger dans des débats de politique intérieure, qu'elle serve de punching-ball", affirme-t-elle à l'AFP.


(©AFP / 24 février 2017 17h34)
News les plus lues