USA: la production de pétrole brut à un record, les stocks bondissent

(ajoute détails)

New York (awp/afp) - Les stocks de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté bien plus fortement que prévu la semaine dernière, alimentés par le niveau record de production et la vente de réserves stratégiques, a indiqué jeudi l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Lors de la semaine achevée le 5 octobre, les réserves commerciales de brut ont grimpé de 6 millions de barils, pour s'établir à 410 millions, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg prévoyaient une hausse de seulement 2,8 millions de barils.

C'est un peu moins que le bond de 10 millions de barils rapporté mercredi soir par la fédération professionnelle du secteur, API, mais cela reste une progression importante après la hausse de 8 millions de barils observée la semaine précédente.

Également scrutés puisqu'ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont aussi progressé, de 2,4 millions de barils, pour s'établir à 26,9 millions de barils.

Possible explication à cette forte progression des stocks: la production de brut a grimpé à un nouveau record, les Etats-Unis extrayant en moyenne 11,2 millions de barils d'or noir en moyenne par jour.

L'administration a aussi, comme prévu, vendu 1,3 million de barils de ses réserves stratégiques.

Les raffineries, en période de maintenance, ont parallèlement ralenti leur cadence, fonctionnant à 88,8% de leurs capacités, contre 90,4% la semaine précédente.

L'augmentation des stocks de brut a toutefois été limitée par la forte hausse des exportations, qui sont passées de 1,7 millions de barils par jour (mbj) à 2,6 mbj, et par le repli des importations, qui ont reculé de 8,0 mbj à 7,4 mbj.

Les cours chutent

Le prix du baril de pétrole américain, qui évoluait déjà vers le bas avant la publication de ces chiffres, a accentué sa baisse et cédait 1,78 dollar, à 71,39 dollars, vers 15H35 GMT sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le bond des réserves de brut devrait atténuer, au moins à court terme, les craintes d'un manque d'offre sur le marché qui ont fait grimper les cours de l'or noir ces dernières semaines", a souligné John Kilduff d'Again Capital.

Les réserves d'essence ont, elles, augmenté de 1 million de barils là où les analystes tablaient sur une stabilisation.

Les stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont, quant à eux, baissé de 2,7 millions de barils, soit plus que le repli de 2 millions anticipé.

Les réserves de brut s'inscrivent en baisse de 11,3% par rapport à la même époque l'an dernier mais sont au niveau de la moyenne des cinq dernières années à cette période.

Celles d'essence sont en hausse de 6,7% par rapport à leur niveau d'il y a un an et sont 7% au-dessus de la moyenne des cinq dernières années, quand celles de produits distillés sont en baisse de 0,4% par rapport à leur niveau d'il y a un an mais de 4% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Les Etats-Unis ont au total consommé en moyenne 20,3 millions de barils par jour de produits raffinés au cours des quatre dernières semaines, en hausse de 0,2% par rapport à la même période l'an dernier.

La demande d'essence au cours des quatre dernières semaines a baissé de 2,6% tandis que celle d'autres produits distillés a bondi de 8,2%.

Le rapport de l'EIA était publié jeudi, au lieu de mercredi habituellement, en raison d'un jour semi-férié lundi aux Etats-Unis.

afp/rp

(AWP / 11.10.2018 18h30)
News les plus lues