USA: les stocks de pétrole brut reculent moins qu'anticipé

New York (awp/afp) - Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé moins fortement qu'anticipé par les analystes, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

Lors de la semaine achevée le 7 décembre, les réserves commerciales de brut ont reculé de 1,2 million de barils pour s'établir à 442,0 millions, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une baisse plus marquée de 3,5 millions de barils.

Mardi, les chiffres de la fédération professionnelle API, jugés moins fiables par les marchés, avaient fait état d'une baisse des stocks de brut américains de 10,2 millions de barils sur la même semaine.

Portés par des travaux de maintenance ralentissant la cadence des raffineries et la hausse de la production d'or noir à un niveau record dans le pays, ils avaient progressé de plus de 56 millions de barils depuis la mi-septembre. Puis ils ont commencé à refluer lors de la semaine précédant celle terminée le 7 décembre, pour la première fois en dix semaines.

Le volume des extractions est resté la semaine dernière tout proche du niveau record de 11,7 millions de barils par jour atteint à plusieurs reprises lors des semaines précédentes, à 11,6 millions de barils d'or noir par jour en moyenne.

Les raffineries ont de leur côté connu une légère baisse de leur cadence, en fonctionnant en moyenne à 95,1% de leurs capacités, contre 95,5% la semaine précédente.

Les réserves d'essence ont, elles, augmenté de 2,1 millions de barils, assez proches des attentes des analystes (+2,25).

Et les stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont baissé de 1,5 million de barils, là où les analystes prévoyaient une progression de 1,85 million.

Également scrutés puisqu'ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont, eux, augmenté, de 1,1 million de barils, pour s'établir à 39,4 millions de barils.

Le prix du baril de pétrole américain, qui évoluait en hausse avant la publication du rapport de l'EIA, limitait un peu ses gains après la parution de ces chiffres et prenait 35 cents à 52,00 dollars, vers 15H50 GMT sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

afp/rp

(AWP / 12.12.2018 17h06)