Ukraine: l'UE va prolonger de 6 mois les sanctions contre des personnalités impliquées dans le conflit

Bruxelles - Les ambassadeurs des 28 Etats membres de l'Union européenne sont convenus mercredi de prolonger de six mois, jusqu'au 15 mars 2016, les sanctions décrétées contre des personnalités ukrainiennes et russes pour leur implication dans le conflit dans l'est de l'Ukraine, a appris l'AFP de sources concordantes.

Il y a un accord politique, a indiqué l'une de ces sources au sein des institutions européennes. Les ambassadeurs se sont mis d'accord pour renouveler l'application des sanctions pour six mois, jusqu'au 15 mars de l'année prochaine, a précisé la même source. Ces sanctions, qui visaient environ 150 personnes et 37 entitées, privées de visa pour l'UE et dont les avoirs ont été gelés, arrivaient à expiration le 15 septembre.

Kiev, l'Otan, l'UE et Washington accusent la Russie d'envoyer des troupes et des armes aux rebelles séparatistes prorusses qui combattent l'armée ukrainienne dans le Donbass. Le conflit a fait plus de 6.800 morts en seize mois. Moscou a toujours démenti toute implication.

Outre les chefs politiques et militaires des rebelles, plusieurs membres du gouvernement russe et personnalités proches du président Vladimir Poutine figurent sur cette liste noire de l'UE.

Arkady Bakhine et Anatoli Antonov, respectivement Premier vice-ministre de la Défense et vice-ministre de la Défense, y ont été inscrits en février. Le riche homme d'affaires russe Arkady Rotenberg, présenté comme une connaissance de longue date de Vladimir Poutine et son ancien partenaire de judo, y figure aussi, tout comme plusieurs membres de la Douma.

La Russie a riposté en rédigeant sa propre liste noire de personnalités européennes indésirables, interdites d'entrée sur son territoire. Au total, 89 noms, dont ceux d'anciens chefs de gouvernement, de hauts responsables de la défense et de parlementaires, critiques de la politique de la Russie, y figurent.

En juin dernier, l'UE avait déjà prolongé les lourdes sanctions imposées l'année dernière contre des pans entiers de l'économie russe, jusqu'à fin janvier 2016.

(©AFP / 02 septembre 2015 14h49)
News les plus lues