Un policier noir rétablit le calme à Ferguson

Il a suffi qu'il serre la main des manifestants pour qu'un policier noir devienne vendredi le nouveau héros de l'Amérique, ramenant le calme dans la petite ville de Ferguson, dans le Missouri. Elle était depuis plusieurs jours le théâtre d'émeutes après le décès d'un jeune Afro-américain, suspecté de vol, abattu par la police.

Le jeune Michael Brown, âgé de 18 ans, aurait tenté de dérober plusieurs paquets de cigarillos dans un magasin. Il se serait comporté "agressivement", avant d'être arrêté et abattu par un policier, selon un compte-rendu de la police publié vendredi.

La police de Ferguson a révélé vendredi le nom de ce policier, réclamé depuis plusieurs jours par les manifestants. En poste depuis six ans, cet agent n'avait montré aucun "problème de discipline", selon le chef de la police de Ferguson, Thomas Jackson.

Plusieurs photos avec la police
Jeudi soir, son arme de service en bandoulière sur sa chemise bleue, le capitaine Ron Johnson avait lui symboliquement rejoint les premiers rangs d'une manifestation pacifique, provoquant un changement radical d'atmosphère dans la ville. Il avait été chargé de prendre la relève d'une force de police locale aux méthodes controversées.

"Nous sommes tous là, ensemble. (...) Nous ne sommes pas là pour avoir peur, pour intimider", a déclaré ce responsable de la police de la route en multipliant les accolades. Il est lui-même habitant de Ferguson, une ville majoritairement noire où la police est surtout blanche.

Ses déclarations ont été relayées et saluées notamment par un journaliste, Wesley Lowery, qui avait été arrêté sans ménagement mercredi soir par la police du comté. "Lundi soir, les habitants avaient vraiment peur. (...) Ce soir, ils prennent des selfies avec les policiers", a souligné M. Lowery.

Plusieurs policiers avec les manifestants
Le capitaine a précisé que les policiers ne porteraient plus de masques à gaz, ne bloqueraient pas les rues d'une ville que certains, y compris le gouverneur du Missouri Jay Nixon, avaient comparées à une "zone de guerre".

Ron Johnson a promis désormais de traiter les manifestants "avec respect et honnêteté", dans le but de "préserver ce qui est ma communauté".

Les manifestations et les émeutes avaient éclaté après le décès samedi soir de Michael Brown. La police locale et la police fédérale (FBI) ont lancé une enquête sur ce meurtre, à propos duquel les récits diffèrent.

Policier blessé
Selon un témoin, Michael Brown, qui allait rendre visite à sa grand-mère et n'était pas armé, marchait dans la rue quand un agent de police s'en est pris à lui et l'a abattu alors qu'il avait les mains en l'air.

Selon la police, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme. Le chef de la police a confirmé que le policier a été blessé durant une altercation avec le jeune homme.

(ats / 15.08.2014 19h59)