Une province afghane sur le point de tomber aux mains des talibans

La province afghane du Helmand est "sur le point" de tomber aux mains des talibans, a prévenu dimanche son vice-gouverneur dans un appel à l'aide adressé au président Ashraf Ghani sur Facebook. Quelque 90 soldats sont morts dans les combats ces derniers jours.

Le Helmand, fief des rebelles islamistes et haut lieu de la culture du pavot dans le sud du pays, est le théâtre de violents combats entre les insurgés et des forces armées déjà mises à rude épreuve dans l'ensemble de l'Afghanistan, notamment dans le nord, autrefois relativement stable.

Le vice-gouverneur Mohammad Jan Rasoolyar juge même "catastrophique" la situation dans son message à M. Ghani. "Tout le monde essaye de cacher la vérité", écrit-il sur sa page Facebook, mais "le Helmand est sur le point" de tomber aux mains des talibans.

Une sombre perspective, d'après le responsable qui dresse un parallèle avec la débâcle de l'armée dans le nord du pays fin septembre, lorsque les talibans ont envahi puis tenu la ville stratégique de Kunduz pendant trois jours.

"Indifférence" dénoncée
Et M. Rasoolyar de fustiger l'"indifférence" face à la mort de "90 soldats morts au combat vendredi et samedi" dans deux districts du Helmand. Cette assertion a été rejetée par le ministère de la Défense, selon lequel la province n'est pas sur le point de tomber.

"Les ravitaillements en vivres et en munitions n'arrivent pas à temps, nous n'évacuons pas nos soldats blessés et tués et les forces étrangères observent la situation depuis leurs bases sans intervenir", s'insurge encore le vice-gouverneur.

Pas de trêve hivernale
L'Otan a mis fin à sa mission de combat en Afghanistan il y a tout juste un an. Les quelque 13'000 soldats étrangers déployés dans le pays se limitent à la formation de leurs homologues afghans et n'interviennent plus officiellement sur le terrain à leurs côtés.

Un obstacle auquel s'ajoute l'absence de répit dans les combats. Contrairement aux années ayant suivi la chute de leur régime en 2001, les talibans n'observent cette année aucune trêve hivernale.

Les rebelles, autrefois surtout actifs dans le sud et l'est, ont même intensifié leur insurrection et particulièrement dans le Helmand, ces dernières semaines. Ils se sont brièvement emparés d'un quartier de la capitale provinciale, Lashkar Gah, en octobre.

(ats / 20.12.2015 13h49)
News les plus lues