Wall Street, aidée par les chiffres du chômage, ouvre en ordre dispersé

Traders sur le parquet du New York Stock Exchange le 2 août 2018 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Drew Angerer
Wall Street évoluait en ordre dispersé jeudi peu après l'ouverture, soufflant le chaud et le froid entre des inscriptions hebdomadaires au chômage en baisse et les suites de la guerre commerciale sino-américaine.

Vers 13H50 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,03% à 25.576,40 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,19% à 7.903,49 points.

L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,03% à 2.858,68 points.

La place new-yorkaise avait déjà terminé en ordre dispersé mercredi, affaiblie par une baisse des cours du pétrole et les tensions commerciales après plusieurs séances de progression d'affilée des trois principaux indices boursiers: le Dow Jones avait perdu 0,18% et le Nasdaq avait pris 0,06%.

Jeudi, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont baissé à la surprise des analystes, montrant que le marché du travail est de plus en plus orienté vers le plein emploi.

"Nous n'apercevons pour le moment pas réellement d'effet de la guerre commerciale sur le niveau de l'emploi", ont réagi les analystes de Barclays.

La publication des chiffres sur le chômage américain est intervenue au lendemain d'une annonce chinoise de sanctions douanières sur 16 milliards de biens importés des Etats-Unis, en réponse à une annonce similaire de Washington la veille.

Ces annonces avaient toutefois peu d'impact sur les marchés jeudi, étant "relativement faibles et surtout très attendues", selon Karl Haeling de LBBW.

"Les marchés ont largement ignoré ces mesures", a noté pour sa part Lindsey Bell de CFRA observant que l'indice S&P 500 se rapproche de ses plus hauts historiques atteints en janvier.

"Peut-être les investisseurs ont-ils raté cette annonce au milieu des distractions causées par un tweet du patron de Tesla Elon Musk", a-t-elle ajouté.

En plein coeur de l'été et alors que les volumes d'échanges diminuent, les observateurs du marché suivent le "feuilleton Tesla", né d'un tweet de son PDG Elon Musk mardi affirmant qu'il envisageait une sortie de la Bourse si l'ation du constructeur automobile atteignait 420 dollars.

Le marché obligataire se détendait: le rendement sur la dette américaine à dix ans baissait à 2,938% contre 2,960% à la clôture mercredi, et celui à 30 ans reculait à 3,093% contre 3,110% la veille à la clôture.



(©AFP / (09 août 2018 16h12)


News les plus lues