Wall Street, préoccupée par la croissance mondiale, ouvre en baisse

La Bourse de New York baisse, s'inquiète de la croissance / © AFP/Archives / Bryan R. Smith
Wall Street a ouvert en baisse vendredi, s'inquiétant de la décélération de la croissance chinoise et européenne après la publication de données vendredi, tandis qu'un certain apaisement dominait dans la guerre commerciale Pékin-Washington.

Vers 15H30 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,84%, à 24.391,52 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 0,79%, à 7.014,62 points.

L'indice élargi S&P 500 cédait 0,72%, à 2.631,49 points.

La Bourse de New York avait terminé sans direction jeudi, les investisseurs faisant preuve de prudence tout en continuant à surveiller de près les difficiles tractations commerciales en cours entre Washington et Pékin: le Dow Jones avait pris 0,29% et le Nasdaq avait perdu 0,39%.

"Les courtiers se détournent des investissements considérés à risque (tels que la Bourse) après une série de statistiques décevantes en provenance de Chine et d'Europe", ont observé les analystes de Wells Fargo.

Les ventes de détail, baromètre de la consommation des ménages, et la production industrielle, ont ralenti en novembre en Chine, un signe préoccupant pour l'économie du pays.

Cette situation a fait reculer vendredi les places chinoises, ainsi que les Bourses d'Europe, où les immatriculations de véhicules ont reculé de 8% sur un an, selon l'association des constructeurs européens ACEA.

"Les inquiétudes grandissent quant à un futur ralentissement de l'économie mondiale", ont résumé les analystes de Wells Fargo.

- Nouvelle faille de sécurité -

Ce recul de fin de semaine survient alors qu'un signe concret de la trêve dans la guerre commerciale Pékin-Washington a été observé: la Chine a annoncé vendredi qu'elle suspendra le 1er janvier, pour trois mois, les surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis.

Jeudi déjà, le ministère américain de l'Agriculture (USDA) avait annoncé une vente de 1,13 million de tonnes de soja à des acheteurs chinois, l'oléagineux américain ayant été l'une des principales victimes collatérales de la guerre commerciale entre les deux pays.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à 10 ans des Etats-Unis évoluait à 2,894% contre 2,913% jeudi à la clôture et celui à 30 ans à 3,155% contre 3,169% la veille.

Parmi les valeurs du jour, le laboratoire américain Merck (-1,08%) va mettre la main sur la société française spécialisée dans l'identification animale Antelliq pour environ 3,25 milliards d'euros, dette comprise, dans l'objectif de renforcer ses activités dans la santé animale.

Starbucks lâchait 2,14%. Le groupe, qui affirme avoir récemment démarré des tests de livraison de ses produits via le service Uber Eats à Tokyo et Miami, a annoncé son intention d'élargir ses livraisons à environ un quart de l'ensemble de ses cafés aux Etats-Unis d'ici début 2019.

Johnson & Johnson chutait de 5,58% après la publication d'une enquête de l'agence Reuters affirmant que le groupe pharmaceutique était au courant depuis des décennies de la présence d'amiante dans son talc pour bébé, une affaire qui a valu à la marque plusieurs procès.

Facebook reculait de 0,95% après que le réseau social a fait état d'une nouvelle faille de sécurité ayant potentiellement touché 6,8 millions d'utilisateurs dont les photos ont pu être indûment partagées avec des tierces parties, a affirmé le groupe dirigé par Mark Zuckerberg.

Nasdaq

(©AFP / (14 décembre 2018 16h49)