Wall Street rebondit à l'ouverture, aidée par Boeing

La Bourse de New York ouvre en hausse une semaine dominée par la Fed / © AFP/Archives / Bryan R. Smith
Wall Street rebondissait mardi à l'ouverture après une lourde chute lundi, aidée par une hausse du titre Boeing, à la veille d'une probable hausse de taux de la Banque centrale américaine (Fed).

Vers 15H25 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, prenait 1,06%, à 23.842,49 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,82%, à 6.808,82 points.

L'indice élargi S&P 500 gagnait 0,73%, à 2.564,62 points.

La place new-yorkaise avait terminé en forte baisse lundi, victime d'inquiétudes croissantes des investisseurs quant à un ralentissement de la croissance américaine, tandis que les investisseurs s'interrogeaient déjà sur l'issue de la réunion de la Fed cette semaine: le Dow Jones avait perdu 2,11% et le Nasdaq 2,27%.

Comme la veille, l'attention des investisseurs était concentrée sur la réunion de la Fed, qui devait s'ouvrir mardi et aboutir mercredi à une hausse de taux d'un quart de point, la quatrième de l'année, malgré de nouvelles pressions mardi du président américain, Donald Trump, sur Twitter.

Des taux d'intérêt plus élevés renchérissent tous les crédits à la consommation et les crédits immobiliers, une mesure forcément impopulaire. Et cela pourrait peser sur sa réélection.

Mais dans le même temps, la Banque centrale doit veiller à éviter une surchauffe de l'économie pouvant éventuellement mener à une inflation trop élevée.

"Le meilleur argument pour une hausse des taux est l'état de l'économie (aux Etats-Unis). Les créations d'emplois progressent et le chômage est historiquement bas. Les salaires montent mais pas trop rapidement", a énuméré Chris Low, de FTN Financial, ajoutant que la croissance au quatrième trimestre suit une trajectoire proche de 3%, bien que de plus en plus de prévisions d'analystes s'affichent désormais sous ce cap symbolique.

- Cannabis thérapeutique -

Membre éminent de la cote, le constructeur aéronautique Boeing bondissait de 4,35% après avoir annoncé une hausse du dividende trimestriel de 20%, à 2,055 dollars l'action, et augmenté la taille de son actuel plan de rachat d'actions, à 20 milliards de dollars.

Le groupe informatique Oracle prenait quant à lui 1,50%, après avoir gagné plus de 3% à l'ouverture, suite à des résultats trimestriels et des prévisions de croissance supérieurs aux attentes.

"Ces nouvelles positives apportent du soutien au marché après le récent plongeon" des indices, ont indiqué les analystes de Charles Schwab.

Les mises en chantier de logements ont par ailleurs progressé plus que prévu en novembre et les permis de construire, un indicateur avancé, ont fortement rebondi.

Parmi les autres valeurs du jour, Johnson & Johnson, durement affecté à Wall Street vendredi et lundi par la publication d'informations de presse l'accusant d'avoir délibérément caché pendant plusieurs décennies que son talc contenait parfois de l'amiante, progressait de 1,17% après avoir annoncé lundi soir un programme de rachat d'actions de 5 milliards de dollars.

Les sociétés technologiques Facebook, Twitter et Alphabet (maison mère de Google) prenaient respectivement 1,80%, 0,12%, et 1,85%. Donald Trump a une nouvelle fois accusé explicitement mardi ces géants de l'internet de faire preuve de partialité en faveur de ses adversaires démocrates.

Tilray, une entreprise canadienne de l'industrie du cannabis cotée à Wall Street, progressait de 8,50% après avoir annoncé la concrétisation d'un nouveau partenariat avec Sandoz, filiale du géant pharmaceutique suisse Novartis, pour distribuer plus massivement ses produits médicaux à base de cannabis.

Sur le marché obligataire, le taux sur la dette à dix ans des Etats-Unis évoluait à 2,849%, contre 2,857% lundi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,106%, contre 3,113% la veille.

Nasdaq

(©AFP / (18 décembre 2018 16h47)