Wall Street, reprenant son souffle, ouvre en baisse

Wall Street termine en nette progression lundi 12 février 2018 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / SPENCER PLATT
La Bourse de New York reculait mardi à l'ouverture, reprenant son souffle après deux séances d'affilée de forte progression et se positionnant à la veille d'un rapport important sur l'inflation: le Dow Jones perdait 0,28% et le Nasdaq 0,06%.

Vers 15H20 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 69,87 points, à 24.531,40 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, reculait de 4,32 points, à 6.977,65 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,26%, ou 6,94 points, à 2.649,06 points.

La Bourse de New York avait terminé en nette progression lundi, commençant la semaine en force après une lourde chute les jours précédents, et soutenue par la forte progression des cours d'Apple et Boeing: le Dow Jones avait pris 1,70% et le Nasdaq 1,56%. Elle avait confirmé ainsi le retournement de tendance amorcé vendredi.

"Après la vague de ventes la semaine dernière, les marchés actions ont connu leurs deux meilleures séances de hausse depuis le Brexit", ont rappelé les analystes de Wells Fargo.

Mais "les inquiétudes liées à la hausse des taux d'intérêt maintiennent une pression sur le niveau de volatilité boursière", ont-ils ajouté.

Bien qu'il se soit un peu éloigné de son plus haut en quatre ans atteint la veille, le taux de rendement des bons du Trésor à 10 ans se maintenait à un niveau élevé à 2,848% contre 2,859% lundi soir.

Celui à 30 ans reculait à 3,136% contre 3,144% lundi soir.

"Les marchés attendent une nouvelle dose d'inflation demain (mercredi) après celle qui a été à l'origine d'une chute des indices boursiers", ont noté les analystes de Schwab évoquant la publication de l'indice des prix à la consommation pour le mois de janvier attendue mercredi.

Les investisseurs semblent estimer que le pire de la correction boursière (chute de plus de 10% des indices) était derrière, bien que des inquiétudes persistent sur l'évolution des indices boursiers à moyen terme.

- 'Fin de cycle' -

Selon une enquête mensuelle de Bank of America Merill Lynch auprès des gestionnaires de fonds, les investissements alloués aux actions ont récemment affiché "la baisse mensuelle la plus forte en deux ans" avec 43% (contre 55% précédemment), les investisseurs "réduisant leur niveau de risque".

Signe de la nervosité ambiante, une majorité des investisseurs interrogés dans cette étude estiment qu'on est désormais en "fin de cycle" d'expansion économique, ce qui représente le pourcentage le plus élevé depuis janvier 2008, affirme l'étude.

Très discret lors de la lourde chute des indices la semaine dernière, le nouveau président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, a effectué mardi sa prestation de serment à Washington.

Républicain modéré, juriste de formation et ex-banquier d'affaires membre du directoire de la Fed depuis cinq ans, M. Powell a réaffirmé son intention de poursuivre la politique menée par l'ancienne présidente de l'institution Janet Yellen.

Sur le front des valeurs, PepsiCo évoluait en petite hausse (+0,05% à 111,99 dollars), après avoir fait part d'un chiffre d'affaires et de bénéfices au-dessus des attentes.

Le spécialiste de la livraison de produits alimentaires à domicile Blue Apron bondissait (+5,62% à 3,54 dollars) après avoir annoncé des pertes moins grandes qu'anticipé au quatrième trimestre, grâce notamment à des améliorations opérationnelles dans son centre d'exécution du New Jersey.

General Motors reculait (-0,90% à 41,62 dollars). Le fabricant automobile va fermer une usine en Corée du Sud d'ici à la fin mai, justifiant ce choix par une sous-utilisation de ses capacités lors des trois dernières années. Une charge de 850 millions de dollars en résultera, a affirmé le groupe.

NasdaqNyse

(©AFP / 13 février 2018 16h51)


News les plus lues