Xi Jinping et Poutine, duo de choc du sommet Asie-Pacifique

Pékin - Le président chinois Xi Jinping et son homologue russe Vladimir Poutine partagent plus qu'une conception autoritaire du pouvoir: les deux hommes ont développé une étroite relation personnelle, reflet des intérêts stratégiques convergents de Pékin et Moscou.

Attendu dimanche à Pékin pour le sommet de l'Apec, le président russe rencontrera le numéro un chinois pour la dixième fois depuis que ce dernier a pris ses fonctions. Soit bien davantage qu'aucun autre chef d'Etat.

Dans l'autre sens, Xi Jinping avait choisi Moscou l'an dernier pour son premier déplacement à l'étranger comme président. Et c'est à nouveau la Russie qui a eu l'honneur de son premier voyage en 2014.

Chine et Russie se sont rapprochées à mesure que se creusait le fossé entre Moscou et les nations occidentales.

En s'adjugeant la Crimée, en soutenant les rebelles séparatistes en Ukraine, en réprimant la propagande homosexuelle ou en traquant ses opposants, le régime de Poutine a hérissé les États-Unis et les pays de l'Union européenne, mais pas la Chine.

Régulièrement mis en cause par les Occidentaux sur les droits de l'homme, Pékin, de son côté, est en délicatesse avec ses voisins en raison de ses ambitions maritimes et s'est retrouvé à nouveau sous le feu des critiques pour avoir adopté des règles tuant dans l'oeuf toute candidature de l'opposition hongkongaise à l'élection de 2017.

Cette situation pousse les deux pays à se rapprocher, car tous les deux subissent de très fortes pressions, la Russie en Ukraine et la Chine à Hong Kong, résume Vladimir Evsseïev, directeur du Centre des recherches socio-politiques (indépendant) et scientifiques au Centre de la sécurité internationale.

Il règne une très bonne entente entre Poutine et Xi Jinping, basée sur plusieurs fondements: Xi vient des milieux proches du complexe militaro-industriel, c'est un homme beaucoup plus familier des structures de force (Intérieur, Défense et services secrets, ndlr) que son prédécesseur (Hu Jintao). Poutine le comprend mieux, leurs visions sont identiques. Xi est disposé à aller à la confrontation si nécessaire, cela n'est pas pour déplaire à Poutine, poursuit M. Evsseïev.

Du point de point personnel, il s'agit d'une excellente compréhension mutuelle, assure-t-il.

- Unité de vue -

Historiquement, les relations entre la Russie et la Chine ont souvent viré à l'aigre, voire à l'affrontement idéologique radical du temps de l'URSS, à l'origine du rapprochement entre Pékin et Washington.

Mais, 23 ans après la disparition de l'URSS, les deux puissances ont souvent affiché ces dernières années un front commun sur des dossiers brûlants --Syrie, Iran, Afghanistan--, unies dans une défiance croissante à l'égard de l'Occident.

Membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, qu'ils n'hésitent pas à paralyser à coups de veto, Moscou et Pékin tentent par ailleurs d'asseoir l'influence diplomatique de forums non dominés par Washington, tels l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) ou celui des Brics avec les grands pays émergents.

Autant d'occasion pour le tandem Xi-Poutine d'afficher leur unité de vue.

Cela s'est aussi traduit récemment par des manoeuvres militaires communes sur terre et en mer, ou encore la signature d'un méga-contrat de livraison de gaz russe à Pékin, estimé à 400 milliards de dollars sur 30 ans. Ceci, alors que l'Europe tente de diminuer sa dépendance au gaz russe.

MM. Xi et Poutine partagent encore une aversion commune à l'égard de Mikhaïl Gorbatchev, fossoyeur à leurs yeux du régime soviétique. Ancien officier du KGB, Poutine a qualifié l'événement de pire désastre géopolitique du XXe siècle, quand le PCC juge que Gorbatchev a commis une erreur en renonçant au maintien du régime.

Poutine et Xi Jinping semblent parvenir à travailler en bonne entente en partie parce que, chacun de leur façon, ils se disent: la personne qui a vraiment fait la chose à ne pas faire il y a 25 ans, c'est Gorbatchev, a affirmé à Pékin Jeffrey Wasserstrom, professeur d'histoire à l'Université de Californie.

Le forum annuel de l'Apec, qui rassemble 21 pays ou territoires à l'origine de plus de la moitié de la richesse mondiale, verra lundi Xi Jinping en maître de cérémonie pour son plus grand rendez-vous international depuis son accession au pouvoir.

Aucune rencontre bilatérale entre Vladimir Poutine et le président américain Barack Obama n'est prévue, même si cela pourrait changer d'ici lundi.

(©AFP / 08 novembre 2014 09h04)