Yamal boucle son financement avec des crédits en Chine pour 12 mrd USD

Moscou (awp/afp) - Le mégaprojet de gaz naturel liquéfié dans l'Arctique russe Yamal, mené par le russe Novatek avec notamment le français Total, a annoncé vendredi avoir bouclé son financement, compliqué par la crise ukrainienne, avec des crédits accordés par des banques chinoises pour un total de 12 milliards de dollars.

Les accords signés avec la Export-Import Bank of China et la China Development Bank, en plus des fonds déjà débloqués, "sécurisent le montant nécessaire pour le financement extérieur du projet Yamal LNG" estimé au total à 27 milliards de dollars, a précisé le consortium dans un communiqué.

Dans les détails, Yamal LNG va bénéficier de deux lignes de crédits sur 15 ans pour 9,3 milliards d'euros et 9,8 milliards de yuans, soit environ 10,6 milliards d'euros au total. Cela correspond aux 12 milliards de dollars qui manquaient aux actionnaires pour couvrir les coûts gigantesques de ce chantier réalisé dans des conditions climatiques et d'isolement extrêmes.

La capacité du projet, dont le lancement est attendu dès l'année prochaine, sera de 16,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an, destinés en majorité aux pays asiatiques.

Le consortium est détenu à 50,1% par Novatek, 20% par Total, 20% par le chinois CNPC et depuis peu à 9,9% par le fonds Silk Road.

Le chantier s'était heurté à des difficultés de financement, Novatek faisant partie des sociétés russes sanctionnées par les États-Unis en raison de la crise ukrainienne. Les actionnaires avaient alors indiqué vouloir se tourner vers la Chine mais la signature des accords a pris plus de temps qu'indiqué au départ.

"Le projet progresse conformément au calendrier prévu", a souligné le directeur général de Yamal LNG Evguéni Kot, cité dans un communiqué.

"La première partie de l'usine de GNL est finie à 65% et nous sommes actuellement dans la phase la plus intensive de construction et d'assemblage", a-t-il ajouté. "Les accords signés avec les banques permettent de finir le projet sans financement supplémentaire de la part des actionnaires", a-t-il souligné.

afp/al

(AWP / 29.04.2016 12h38)