Yémen: 24 civils tués dans une frappe sur un fief rebelle

Sanaa - Au moins 24 civils yéménites ont été tués dimanche dans un raid aérien sur un marché de qat d'un fief des rebelles chiites dans le nord du Yémen près de la frontière saoudienne, selon une source médicale et des témoins.

Le raid attribué par ces sources à l'aviation de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a visé des vendeurs et des clients du marché de qat, une herbe euphorisante largement consommée au Yémen. Le marché, appelé Souk al-Machnak, est situé dans la région de Chadaa dans la province de Saada.

La coalition arabe, qui intervient au Yémen en soutien aux forces gouvernementales contre les rebelles Houthis, a été accusée à plusieurs reprises d'avoir visé par erreur des civils. Elle a reconnu certaines erreurs et promis de prendre des mesures pour les éviter.

Un civil a également été blessé dans le raid de dimanche à l'aube, a affirmé la source médicale qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

Les corps de certaines victimes ont été carbonisés et n'ont pas pu être identifiés dans l'immédiat, a-t-elle ajouté.

Selon des témoins, le marché visé servait de base au trafic transfrontalier de qat. Sa consommation est strictement interdite en Arabie saoudite, ce qui n'empêche pas l'introduction illicite de cette drogue douce dans le royaume.

Les services de sécurité saoudiens annoncent souvent la saisie de quantités de qat et de drogues en provenance du Yémen.

"Parmi les morts figurent des trafiquants de qat tout juste revenus de la frontière saoudienne", selon l'un des témoins.

La province de Saada, fief des rebelles Houthis qui ont pris le contrôle de Sanaa et de larges portions du nord du pays en 2014, est lourdement bombardée par la coalition arabe qui intervient au Yémen depuis mars 2015.

Celle-ci n'a pas réagi dans l'immédiat aux pertes civiles de dimanche.

Le 17 mai, 23 civils, dont des femmes et des enfants, ont péri dans un raid attribué à la coalition près de Taëz, grande ville du sud-ouest du Yémen.

Parmi les erreurs reconnues par la coalition, un raid contre une cérémonie de deuil à Sanaa en octobre 2016 qui avait fait plus de 140 morts.

La coalition a souvent accusé les Houthis de s'abriter derrière des civils ou de les utiliser comme "boucliers humains", comme en mars dernier lors d'une opération aérienne qui a coûté la vie à 20 civils et six rebelles.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales aux rebelles Houthis, soutenus par l'Iran et alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

La guerre a fait plus de 8.000 morts, majoritairement des civils, et plus de 44.500 blessés depuis l'intervention de la coalition arabe.

Elle a aussi provoqué une crise humanitaire majeure dans ce pays déjà considéré comme le plus pauvre de la péninsule arabique.


(©AFP / 18 juin 2017 15h29)
News les plus lues