Portugal: des bénévoles distribuent de l'aide de village en village

Un convoi de pompiers traverse le village de Colmeal, près de Gois, le 21 juin 2017 au Portugal / © AFP / FRANCISCO LEONG
Sur fond de fumées noires dans la montagne, Claudia Borges décharge des cartons d'eau et de barres de céréales qu'elle distribue aux combattants du feu dans un centre opérationnel au centre du Portugal.

"Je suis venue ici parce que je voulais aider les pompiers, ce sont de véritables héros", dit cette ancienne journaliste âgée de 30 ans, vêtue d'un short et d'un T-shirt avec son téléphone portable attaché au bras. Ses mots sont hachés par le bruit d'un hélicoptère qui survole cette zone montagneuse dévastée par les incendies.

Elle est venue de Vila Franca de Xira près de Lisbonne, de concert avec les propriétaires d'une entreprise de déménagement qui ont affecté l'un de leurs camions à la distribution de village en village de denrées provenant de dons.

Avec ses cheveux blonds et son grand sourire, Claudia tranche sur les figures noircies par l'incendie des pompiers, soldats ou policiers dans ces montagnes aux routes sinueuses où les flammes capricieuses peuvent surgir sans prévenir dans un tournant.

Le feu de forêt, tellement rapide et incontrôlable qu'il a tué au moins 64 personnes pour beaucoup piégées sur une route, a débuté samedi dans la zone de Pedrogao Grande, à une vingtaine de km de là.

"J'ai vu la tragédie à la télévision et j'ai pensé que je devais faire quelque chose", raconte Claudia. Elle crée alors une page Facebook pour rassembler des dons destinés aux victimes et à tous ceux qui combattaient le feu. En deux jours, elle remplit un camion.

Des pompiers luttent contre les flammes à Colmeal, près de Gois, le 21 juin 2017 au Portugal / © AFP / FRANCISCO LEONG
Nilson Cabral et Luciane Silva, les propriétaires de la compagnie de déménagement MudaTudo, acceptent de lui prêter un camion et de la conduire dans la zone, gratuitement.

- 'Toujours peur' -

Tous trois, accompagné d'un homme à moto pour des raisons de sécurité, se lancent alors mercredi et parcourent les routes de montagne.

"J'ai toujours peur", dit Claudia, "quand je vois de la fumée, des nuages noirs, quand j'entends de drôles de bruits dans la nature...".

Le trio quitte le centre opérationnel haut perché, où vient de passer un convoi de pompiers espagnols et part pour Pessegueiro, un village reculé.

Des pompiers et un Canadair en lutte contre les incendies à Vale da Ponte, au Portugal le 20 juin 2017 / © AFP / Miguel RIOPA
Le gros camion roule prudemment sur les petites routes en lacets. Il ralentit en passant près de lignes électriques affaissées après le passage de l'incendie qui a réduit à des squelettes fumants les eucalyptus et les pins naguère verdoyants.

Arrivés dans le village ensoleillé traversé d'un joli cours d'eau, les trois bénévoles sont dirigés par des villageois vers le QG des pompiers, en manque d'eau potable alors qu'il fait très chaud.

Livraison faite, ils repartent après s'être renseignés sur le plus sûr chemin pour éviter les flammes.

Les habitants de la région ne connaissent que trop les feux de forêt mais tous disent n'avoir jamais rien vu de tel. Cette tragédie meurtrière a suscité un élan de solidarité dans tout le Portugal et ailleurs. Ainsi, l'Aga Khan, philantrope renommé, a donné 500.000 euros aux victimes des incendies.



(©AFP / 22 juin 2017 18h18)