ZOOM: RWE en hausse sur de nouvelles rumeurs d'alliance avec Engie

Francfort - L'énergéticien allemand RWE grimpait vendredi à la Bourse de Francfort sur des rumeurs renouvelées de projet d'alliance avec le français Engie.

Vers 10H25 GMT, le groupe de Essen (ouest) caracolait en tête de l'indice vedette DAX, s'adjugeant plus de 3,50% à 16,67 euros.

A Paris, l'action d'Engie lâchait de son côté 0,41% à 13,34 euros à la Bourse de Paris.

Citant des sources proches du dossier, l'agence de presse Reuters a rapporté vendredi que les deux groupes étudiaient via leurs banques conseil respectives le scénario d'une alliance.

"Engie n'envisage pas d'opération structurante dans un avenir proche", a réagi une porte-parole d'Engie.

Sollicité par l'AFP, un porte-parole de RWE a renvoyé à un communiqué du groupe du 14 mars, dans lequel le groupe insistait notamment sur sa volonté de croissance organique.

Selon les rumeurs de vendredi, est envisagé un échange d'actifs par lequel Engie prendrait une participation dans Innogy, filiale d'énergies renouvelables de RWE cotée dans l'indice des valeurs moyennes MDax et dont la valeur en Bourse s'élève à plus de 19 milliards d'euros.

Innogy prenait 4,12% à 34,88 euros à la Bourse de Francfort.

A la mi-mars, des informations similaires avaient déjà circulé. Le patron de RWE Rolf Martin Schmitz avait alors rappelé l'importance d'Innogy, source de rentabilité stable, pour RWE.

La directrice générale du groupe français, Isabelle Kocher, avait indiqué pour sa part qu'Engie n'avait "aucun intérêt" à un rachat partiel d'Innogy.

Le deuxième groupe d'énergie allemand détient actuellement quelque 77% d'Innogy. Il peut en vendre une partie, mais doit conserver une participation majoritaire de 51%, selon une décision de son conseil de surveillance de décembre 2015.

Propriétaire du plus gros parc à charbon du continent, RWE a été très fragilisé par le virage pris par l'Allemagne vers les énergies renouvelables. Comme son rival EON, il a cherché son salut dans une scission de ses activités, avec la production traditionnelle (charbon, gaz, nucléaire) d'un côté, toujours sous le nom de RWE, et les nouveaux métiers (renouvelables, réseaux) de l'autre, regroupés dans Innogy.


(©AFP / 19 mai 2017 12h51)
News les plus lues