Zones défavorisées : mobilisation des agriculteurs du Loiret, du Cher et d'Indre-et-Loire

Des agriculteurs manifestent à Arles, dans le sud de la France contre le déclassement de territoires jusqu'ici en zones défavorisées, le 12 février 2018 / © AFP / BERTRAND LANGLOIS
La circulation sur les autoroutes A10 et A71 a été perturbée lundi après-midi et en début de soirée dans les secteurs d'Orléans et de Tours par des manifestations d'agriculteurs du Loiret qui dénoncent, tout comme dans le Cher et l'Indre-et-Loire, le déclassement de territoires jusqu'ici en zones défavorisées.

Le classement en zone défavorisée permet aux agriculteurs de percevoir des aides compensatoires de l'Union européenne.

Dans le secteur de Tours où elles ont commencé à 17H45, les manifestations ont entraîné des perturbations de la circulation sur l’autoroute A10 entre Monts-Sorigny et Sainte-Maure dans les deux sens.

Des sorties obligatoires et des accès interdits ont été mis en place et Vinci Autoroutes recommande aux automobilistes d’éviter le secteur en raison d'un risque de poursuites des manifestations en cours de soirée.

Les agriculteurs d'Indre-et-Loire, qui avaient bloqué vendredi soir pendant cinq heures l'autoroute A10 en direction de Paris au péage de Monnaie, au nord de Tours, ont annoncé leur intention de renouveler leur action lundi soir.

En cours d'après-midi, une centaine d'agriculteurs du Loiret ont installé un barrage filtrant sur l'autoroute A10 à hauteur d'Orléans, pour protester contre la future carte des zones défavorisées, a indiqué le représentant local de la FNSEA.

Des tracteurs bloquaient les voies dans les deux sens de circulation sur l'autoroute A10 entre Artenay et Meung-sur-Loire, et sur l'autoroute A71 entre Olivet et Orléans Centre. Les manifestants ne laissaient passer les véhicules qu'au compte-gouttes, sur une file, après avoir distribué des tracts aux automobilistes, provoquant en fin d'après-midi des bouchons de 6,5 kilomètres en direction de Tours, et de 5,5 kilomètres en direction de Paris, a indiqué Vinci Autoroutes.

"L'ampleur des manifestations peut s'accroître en cours de soirée", a averti le concessionnaire d'autoroutes.

"Nous resterons sur place tant que nous n'aurons pas obtenu gain de cause, et nous mènerons d'autres actions", a assuré Eric Benoist, président de la FDSEA du Loiret.

Dans le Loiret, 160 exploitations sont concernées, soit 400 éleveurs bovins qui pourraient perdre entre 8.000 et 10.000 euros par an, selon le syndicat agricole.

Sous le mot d'ordre : "touche pas à ma ZAD (Zone agricole défavorisée)", d'autres manifestations d'agriculteurs étaient organisées également lundi dans le département du Cher.

Des convois de plusieurs dizaines de tracteurs ont convergé lundi matin des quatre coins du département vers Bourges où soixante-cinq tracteurs et environ 120 agriculteurs se sont rassemblés. Une délégation a été reçue à la préfecture, sur les grilles de laquelle les agriculteurs ont accroché des panneaux de sortie de communes menacées par le déclassement de zones défavorisées .

Les agriculteurs du Cher, qui avaient déjà mené vendredi soir une opération escargot entre deux péages de l'A71 près de Vierzon, quittaient Bourges en fin d'après-midi mais annonçaient prévoir pour mardi une action commune avec les agriculteurs du Loiret dans le secteur de Gien.



(©AFP / 12 février 2018 20h27)
News les plus lues