Züblin plonge dans les chiffres rouges en 2017/18 mais propose un dividende

(ajoute déclarations de la direction et cours de Bourse)

Zurich (awp) - La société immobilière Züblin a subi une perte qualifiée de "technique" sur l'exercice décalé 2017/18, clos fin mars. Des effets uniques liés aux réserves sont à l'origine de cette plongée dans les chiffres rouges. Privés de rémunération depuis près de dix ans, les actionnaires devraient à nouveau toucher un dividende.

Le groupe zurichois a subi une perte des 29,3 millions de francs, contre un bénéfice de 29,9 millions un année auparavant. Ce résultat négatif est imputable à des éléments exceptionnels résultant de la réaffectation des réserves de couverture des flux de trésorerie et celles pour les activités abandonnées en Allemagne, indique jeudi Züblin.

Au cours de l'exercice précédent, la société s'était séparée d'un portefeuille immobilier outre-Rhin de 152 millions d'euros (179,7 millions de francs) en valeur de placement brut.

Malgré cette contre-performance, le conseil d'administration propose le versement d'un dividende de 1,00 franc par action. La dernière rémunération remonte à 2008, via un remboursement de la valeur nominale de l'action. A l'avenir, les actionnaires devraient pouvoir compter sur le reversement d'une moitié des bénéfices sous la forme de dividende.

Les revenus locatifs sont restés stables (+0,7%) à 8,1 millions de francs. Les revalorisations ont atteint 1,5 million, contre 2,4 millions en 2016/17. Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) a plongé de près de 15%, à 2,9 millions.

A fin mars, le taux de vacance s'élevait à 10,5%, amélioré de 0,1 point de pourcentage. La valeur du portefeuille atteignait 200,1 millions, contre 198,5 millions en mars 2017.

Prudemment optimiste

Pour l'exercice en cours, la direction ne fournit aucune prévision chiffrée. Elle indique que la société est "bien préparée à des étapes de croissance ciblée", visant à créer de la valeur ajoutée. "Nous sommes rentables et générons des liquidités" s'est contenté d'assurer à ce sujet en conférence de presse le directeur général Iosif Bakaleynik.

Le patron a toutefois reconnu que les actionnaires, au premier rang desquels figure l'oligarque russe visé par des sanctions américaines Viktor Vekselberg, comptent sur une amélioration de l'efficience de l'entreprise.

La direction, de son côté, met l'accent sur la croissance, visant à moyenne échéance un bilan de 500 millions de francs. "Notre bilan demeure trop modeste pour que nous restions cotés en qualité de société immobilière", a expliqué M. Bakaleynik, sans exclure subséquemment un retrait de la cote à terme.

Le responsable a encore assuré que la participation de 41,7% détenue par M. Vekselberg via le véhicule d'investissement Lamesa, soit en dessous du seuil de 50% fixé par les Etats-Unis pour appliquer des sanctions, permettrait à Züblin d'échapper à ces dernières.

A l'approche de la mi-journée, la nominative Züblin s'appréciait de 1,5% à 26,70 francs, dans un SPI en retrait marginal de 0,06%.

fr/al/jh/tn

(AWP / 17.05.2018 12h50)
News les plus lues