Adecco: comment organiser la reconversion professionnelle de sportifs

Berne (awp/ats) - Dimanche, quand les feux du stade se seront éteints sur les Jeux Olympiques de Londres, bien des athlètes seront aussi arrivés à la fin de leur carrière sportive. Souvent un saut dans l'inconnu, que des intermédiaires comme Adecco s'efforcent de transformer en reconversion réussie.

Quand le géant de la natation Michael Phelps a été interrogé sur ses projets après sa décision de mettre fin à ses exploits, il a répondu qu'il n'en savait rien. Mais si lui peut se le permettre, ce n'est pas le cas pour tout le monde.

En 2010, fin abrupte pour la joueuse bernoise de beach volley Sarah Meyer, lâchée par sa hanche. "Il n'était pas prévu que mon parcours sportif s'arrête du jour au lendemain", dit la jeune femme de 28 ans. "Mais dans la vie il faut être préparé à affronter toutes les situations", ajoute-t-elle.

Et prête, elle l'était, grâce au Athlete Career Programme (ACP) mis sur pied par le numéro un mondial du placement de personnel Adecco et le Comité International Olympique (CIO) afin d'aider les sportifs à se forger un nouvel avenir. Aujourd'hui, Sarah Meyer est directrice d'un club suisse de volleyball.

La collaboration entre Adecco et le CIO remonte à 2005. L'association faÎtière de l'olympisme avait constaté que pour nombre de sportifs, la reconversion était ardue, et a trouvé avec le groupe d'origine vaudoise mais basé à Zurich le partenaire qu'elle souhaitait.

Depuis 2006, quelque 10'000 athlètes dans le monde ont reçu le soutien d'Adecco pour l'établissement de plans de carrière et la recherche d'un emploi, un processus qui peut durer de trois mois à plusieurs années. En Suisse, 1500 sportifs ont bénéficié de ce programme, qui inclut aussi la recherche de stages ou de formations.

Pour les sportifs, l'offre est gratuite. Adecco se refuse toutefois à livrer des chiffres sur les sommes investies dans cette forme de sponsoring.

RECHERCHE DE L'ÉQUILIBRE

"De nombreux athlètes ne peuvent pas vivre de leur sport", rappelle Claudia Kaufmann, directrice du projet Swiss Olympic ACP pour Adecco Suisse. "Mais ils consacrent autant de temps et d'énergie à leur entraÎnement que des sportifs qui amassent des fortunes. L'équilibre entre sport et travail doit être planifié avec soin".

Et ils ne sont pas nombreux, ceux qui à la fin de leur carrière sportive ont pu mettre de côté quelques millions ou qui continuent à profiter de contrats de sponsoring. "La plupart ne peuvent pas se permettre de simplement attendre la bonne occasion, mais doivent se préoccuper assez tôt déjà de leur deuxième carrière", dit Mme Kaufmann.

L'escrimeuse bernoise de 26 ans Simone Näf a pour sa part suivi une formation de graphiste et d'illustratrice. Blessée, elle n'a pas pu participer aux compétitions des JO de Londres, et ne peut pas vivre de ses talents à l'épée. "A la fin de l'année, je suis à zéro", dit-elle. Alors, il lui faut un emploi, des stages.

"J'ai un coach pour ma carrière sportive et un autre pour ma carrière professionnelle", explique-t-elle au sujet de ses contacts avec Claudia Kaufmann, qui pour l'escrimeuse a noué des contacts avec des entreprises, examiné des offres et mené des entretiens. Simone Näf a pu ainsi consacrer un maximum de temps à son entraÎnement.

TROP PEU DE RECONNAISSANCE

"Le job ne doit pas nuire aux ambitions sportives", souligne Claudia Kaufmann, ce qui demande beaucoup de compréhension de la part d'un employeur. "Malheureusement, le sport ne connaÎt pas en Suisse la place qu'il devrait avoir", regrette-t-elle. En d'autres termes, pour la plupart des athlètes, les contributions des associations sportives et des sponsors suffisent à peine à couvrir les coûts.

"Il y a dix, quinze ans, leur situation en Suisse était souvent encore plus difficile. Après vingt ans d'une carrière sportive, ils se retrouvaient souvent sans rien", relève Mme Kaufmann. Et même aujourd'hui, leur procurer un emploi n'est pas forcément évident. Mais à sa connaissance, pour tous les cas dont elle s'est occupée jusqu'ici, une solution a tôt ou tard été trouvée.

ats/sm



(AWP / 10.08.2012 17h17)

News les plus lues