BONDS EUROPE/Journée de tous les records sur le marché obligataire

Paris (awp/afp) - De nombreux records ont été franchis mardi sur le marché obligataire, les taux longs espagnols et italiens franchissant des plus hauts depuis la création de la zone euro, tandis qu'à l'inverse le rendement du Bund est tombé sous l'inflation allemande pour la première fois depuis la Réunification.

A 18H00, les rendements à 10 ans de l'Espagne se tendaient à 6,264% contre 6,180% lundi à la même heure et ceux de l'Italie à 6,165% contre 5,998%, dépassant des plus hauts depuis la création de la zone euro.

L'écart avec le taux du Bund allemand atteignait également un record.

Ce "spread", qui mesure la prime de risque entre l'Allemagne et les autres pays, s'établissait à 387 points de base pour l'Espagne, et à 371 points de base pour l'Italie.

"Rien ne semble être suffisant pour empêcher les taux et les spreads de se tendre" face aux risques de contagion de la crise grecque, ont commenté les analystes de Crédit Agricole CIB.

Ces craintes étaient alimentées par l'annonce d'une réunion pour mercredi à Luxembourg entre le chef de file des ministres des Finances de la zone euro Jean-Claude Juncker, et le ministre italien des Finances, Giulio Tremonti.

"Le gros problème est aussi que la situation économique se dégrade aux Etats-Unis et en zone euro rendant de plus en plus difficile un remboursement de la dette des Etats", a souligné pour sa part René Defossez, stratégiste obligataire chez Natixis.

Cette aversion pour le risque profitait logiquement au Bund allemand.

Son taux est tombé en séance à 2,395%, sous l'inflation allemande pour la première fois depuis la Réunification du pays en 1990, la demande pour ces titres de dette réputés sûrs n'ayant jamais été aussi forte.

"C'est une nouvelle excellente pour le gouvernement de Berlin qui a lui aussi une dette très importante à rembourser et cela va d'autant lui faciliter la tâche", a commenté M. Defossez.

Pour les investisseurs, "certes ce placement n'est plus intéressant depuis longtemps en termes de rendement, mais il reste l'une des seules valeurs sûres", a-t-il ajouté.

Plus la situation économique se dégrade, plus le problème de solvabilité des Etats de la zone euro se complique et plus la demande vers les titres de dette allemands devrait donc se poursuivre, entraÎnant une nouvelle baisse des taux outre-Rhin.

A 18H00, le rendement du Bund se détendait à 2,413% mais contre 2,452% lundi.

Ce contexte anxiogène a fait aussi s'envoler les contrats d'assurance contre le défaut de paiement (les CDS). Ils ont atteint sur la France, l'Espagne et l'Italie des niveaux records.

Les credit default swaps (CDS) s'affichaient ainsi à 125 points de base pour la France, ce qui signifie qu'il faut débourser 125'000 euros par an pour assurer 10 millions d'euros de dette d'Etat française à échéance 5 ans.

De son côté, l'OAT française reculait à 3,163% contre 3,167% lundi.

Hors zone euro, le Gilt britannique baissait à 2,765% contre 2,802%.

Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 2,640% contre 2,744% et celui du bon à 30 ans à 3,973% contre 4,080%. Les taux courts étaient à 0,07% contre 0,08%.

Sur le marché interbancaire, l'Euribor à trois mois, principal taux en zone euro s'est inscrit à 1,605% contre 1,609% et le Libor à trois mois libellé en dollar a progressé à 0,264% contre 0,257%.

rp



(AWP / 02.08.2011 19h11)

News les plus lues