CRISE/Portugal: la rigueur accentuera la récession à -2,8% en 2012

reprise de la veille

Lisbonne (awp/afp) - Les nouvelles mesures d'austérité prévues dans le budget 2012 provoqueront une récession de l'économie portugaise de 2,8% du PIB, plus accentuée que prévu, a annoncé lundi le ministre des Finances Vitor Gaspar.

La dégradation de la situation économique dans le monde "entraÎnera une contraction du PIB de 2,8%, après 1,9% cette année", a déclaré le ministre en présentant le budget 2012, marqué par une rigueur accrue, lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement tablait jusque là sur une contraction de l'économie de 2,3% en 2012 et de 1,8% cette année.

Le ministre a fait état d'un "dérapage substantiel depuis le début de l'année de 3,4 milliards d'euros", soit environ 2% du PIB. Ceci exige, selon lui, des mesures plus rigoureuses que celles prévues dans le plan d'aide de 78 milliards d'euros accordé au Portugal par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

"Il est évident que le point de départ du budget (2012) est beaucoup plus défavorable que celui qui était à la base du programme d'assistance financière", a-t-il souligné.

Malgré la détermination affichée par le gouvernement au pouvoir depuis juin, le pays peine à assainir ses finances publiques et le déficit s'élevait toujours à 8,3% du PIB au premier semestre.

L'objectif de le ramener à 5,9% à la fin de l'année ne devrait être atteint que grâce à des recettes extraordinaires, qui imposent un effort supplémentaire au niveau des dépenses l'an prochain.

Pour atteindre l'objectif d'un déficit à 4,5% du PIB fin 2012, le Premier ministre Pedro Passos Coelho avait annoncé dès jeudi dernier la suppression temporaire des 13e et 14e mois pour les fonctionnaires et les retraités aux revenus supérieurs à 1000 euros de même que l'augmentation de l'horaire de travail dans le secteur privé.

Pour redresser la situation financière l'année prochaine, le gouvernement prévoit de réduire les dépenses de 7,46 milliards d'euros, dont 2,2 milliards provenant d'économies sur les salaires des fonctionnaires et 2 milliards provenant de la réduction des prestations sociales.

Les prévisions du gouvernement tablent également sur une augmentation des recettes de 2,89 milliards d'euros, dont 2 milliards grâce à des hausses de la TVA sur certains produits (jusqu'à 23%).

rp



(AWP / 18.10.2011 06h21)