La Hague: Areva veut externaliser sa blanchisserie, les syndicats protestent


CAEN - L'usine Areva de La Hague envisage de sous-traiter le nettoyage de son linge potentiellement contaminé, provisoirement aux Pays-Bas, a-t-on appris vendredi auprès du site, suscitant l'inquiétude des syndicats qui déplorent la multiplication des transports nucléaires.

L'usine de retraitement des déchets de Beaumont-Hague (Manche), où travaillent quelque 5.000 personnes, dont 3.000 environ directement salariés d'Areva, a indiqué espérer une externalisation progressive d'ici deux ans. Il s'agit du site qui concentre le plus de matière radioactive en Europe.

Le sous-traitant UniTech, filiale d'un groupe américain, a précisé espérer la finalisation d'un accord d'ici à la fin de l'année.

Cela veut dire que l'on remet de la matière nucléaire sur la route. Cinq camions par semaine, affirme Joël Lecostey, secrétaire du Syndicat des personnels de l'énergie atomique CFDT de Basse-Normandie.

Ce projet est une aberration aussi bien en termes de sécurité qu'en termes médiatiques. Les détracteurs du nucléaire ne manqueront pas d'utiliser ces transports pour attaquer à nouveau notre industrie, a aussi critiqué FO dans un communiqué.

Areva confirme que le transport de ses 500 tonnes de linge par an serait classé nucléaire mais assure que les vêtements effectivement contaminés seront détruits à l'usine.

Selon la société, ce transport à Coevorden, aux Pays-Bas, ne serait que provisoire, UniTech projetant la construction d'une usine à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) avec la création de 40 à 50 emplois à court terme. Le responsable du développement d'UniTech en France, Jacques Grisot, a confirmé à l'AFP ce projet d'ouverture d'usine d'ici deux ans à deux ans et demi.

Filiale nucléaire de la société américaine de nettoyage de linge industriel Unifirst, UniTech exploite dix laveries aux Etats-Unis et deux en Europe, à Coevorden et au Pays de Galle. Elle travaille déjà ponctuellement avec EDF et la Marine nationale, selon M. Grisot.

Areva justifie ce projet par l'investissement colossal que demanderait la mise aux normes de son actuelle blanchisserie. La CFDT avance le chiffre, non démenti par Areva, de 20 millions d'euros.

Il y a environ 900.000 transports de colis de matière radioactive chaque année en France, selon l'ASN.

AREVA

EDF

(©AFP / 16 novembre 2012 14h08)

News les plus lues