Nous perdons notre chemise avec le gaz de schiste, déplore le PDG d'Exxon


NEW YORK - Le PDG du numéro un mondial du pétrole ExxonMobil, Rex Tillerson, a reconnu mercredi que son groupe et ses concurrents avaient complètement sous-estimé la rapidité du boom du gaz de schiste aux Etats-Unis, lors d'une conférence à New York.

Nous perdons notre chemise sur le gaz naturel aux Etats-Unis déplore M. Tillerson, ajoutant que ni son groupe ni ses rivaux ne gagnent d'argent dans ce secteur, lors d'un petit déjeuner organisé par le Council of Foreign Relations, dont la teneur a été rediffusée sur internet.

Depuis 2008, la fracturation hydraulique combinée au forage à l'horizontale a permis d'exploiter les immenses réserves d'hydrocarbures contenues dans les vastes gisements de schiste aux Etats-Unis, déclenchant un véritable boom gazier et pétrolier.

Cela s'est traduit par un effondrement prolongé des prix du gaz naturel, qui est tombé en avril sous 2 dollars le million de Btu, la mesure internationale équivalant à 28 m3 de gaz. Il se maintient sous les 3 dollars deux mois plus tard.

Ces niveaux de prix ne sont pas tenables, a affirmé M. Tillerson, qui s'exprimait lors d'un petit-déjeuner avec des journalistes à New York.

Selon lui, grâce à l'envolée de la production de pétrole et gaz de schiste aux Etats-Unis, la sécurité énergétique américaine est atteignable dans un avenir prévisible, mais dépend des choix de politique énergétique.

Une façon d'appeler l'administration Obama à développer le forage en haute mer, deux ans après une marée noire massive dans le Golfe du Mexique, mais aussi l'extraction de pétrole et forage de schiste malgré des conséquences néfastes pour les cours d'eau avoisinants et l'air dénoncées par les défenseurs de l'environnement.

Il a qualifié ces derniers d'opposants qui fabriquent de la peur pour empêcher l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste de se développer, et affirmant que les risques liés à la fracturation hydraulique sont tout à fait gérables.

Les conséquences d'une erreur ne seraient pas durables ni mortelles, a-t-il assuré, soulignant par ailleurs que l'exploitation du pétrole de schiste crée des milliers d'emplois, notamment dans l'Etat du Dakota nord, où elle est en plein boom.

Il s'attend à ce que le gaz naturel joue un rôle très important à l'avenir, notamment à cause de la demande d'électricité croissante dans les pays en développement, qui représentent 60% de la demande de gaz.

En tout état de cause, l'indépendance énergétique des Etats-Unis ne changerait pas les relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient selon lui: s'il y a une perturbation des livraisons de pétrole depuis le Moyen-Orient, cela aura un impact négatif sur l'économie mondiale. Est-ce que ça nous affectera? Je pense que oui, a-t-il affirmé.

EXXONMOBIL

(©AFP / 27 juin 2012 22h14)