Autriche: d'énergiques défenseurs des animaux blanchis


Treize défenseurs des animaux accusés d'association de malfaiteurs pour des sabotages présumés ont été relaxés lundi par le Tribunal autrichien de Wiener Neustadt (est). Ce verdict inflige une gifle cinglante à la police et à l'accusation, au terme d'un procès de quatorze mois.

Les militants étaient accusés d'avoir bâti une organisation criminelle pour mener des actions coup de poing notamment contre des élevages d'animaux ou des chaÎnes de vêtements. Le parquet avait employé le paragraphe 278a du code pénal, réservé aux activités mafieuses, pour envoyer les activistes devant la justice.

Dix des militants avaient été arrêtés en mai 2008 et effectué plusieurs mois de détention provisoire avant d'être relâchés.

La police enquêtait depuis plusieurs années sur les activités des groupes de défense des animaux, dont sont issus les prévenus. Pendant plus d'un an elle avait réussi à infiltrer une informatrice parmi eux.

Agent provocateur

Mais lors du procès, il s'est avéré qu'elle avait agi largement hors de tout cadre juridique - et joué le rôle d'un agent provocateur pour étayer la thèse policière mais sans parvenir à rassembler des éléments à charge.

Le principal accusé, Martin Balluch, le président de l'organisation de défense des animaux VGT, a annoncé son intention de porter plainte contre la police.

Cette affaire, très suivie en Autriche, pourrait conduire à la réforme du paragraphe 278a. Plusieurs partis s'y sont montrés favorables, dont les écologistes, le parti social-démocrate SPÖ du Chancelier Werner Faymann et l'extrême droite du BZÖ.



(ats / 02.05.2011 15h02)