BNS: plancher de 1,20 contre euro sera défendu, objectif Libor inchangé

Zurich (awp) - La Banque nationale suisse (BNS) va continuer à défendre le cours plancher de 1,20 franc pour un euro, fixé le 6 septembre dernier, "avec toute la détermination requise". Elle est toujours prête à "acheter des devises en quantité illimitée", et continue à viser un Libor à trois mois proche de zéro. Le total des avoirs à vue à la BNS sera aussi maintenu largement au-dessus de 200 milliards de francs, selon un communiqué de jeudi de la BNS sur son appréciation de la situation économique et monétaire au 15 septembre 2011.

La BNS entend par ces mesures contrer la "grave menace pesant sur l'économie suisse" et le risque de développements déflationnistes, associés à une surévaluation extrême du franc.

Même à 1,20 franc pour un euro, la monnaie helvétique reste à un niveau élevé. Elle devrait continuer à s'affaiblir sur la durée.

Si les perspectives économiques et les risques de déflation l'exigent, la Banque nationale prendra des mesures supplémentaires, a-t-elle précisé.

Concernant la croissance de l'économie mondiale, la banque centrale suisse juge qu'elle a fortement ralenti au deuxième trimestre 2011.

Les perspectives économiques des pays industrialisés, en particulier, se sont nettement assombries. En Suisse, le développement de la conjoncture est entravé à la fois par la force du franc et par le fléchissement de la demande étrangère.

La Banque nationale prévoit que la croissance du PIB suisse s'interrompra au second semestre. C'est seulement en raison de l'évolution favorable au premier semestre qu'elle table sur une progression du PIB comprise entre 1,5% et 2% en 2011. Sans les effets stabilisateurs du cours plancher, le risque de récession serait considérable.

Les incertitudes qui pèsent sur l'évolution future de l'économie mondiale demeurent "extrêmement élevées", et les risques pour le système financier international se sont "considérablement accrus". La détérioration des perspectives de croissance et les problèmes budgétaires des pays industrialisés grèvent la confiance sur les marchés financiers à l'échelle mondiale.

Compte tenu de la très forte appréciation du franc et de la dégradation des perspectives pour l'économie mondiale, la Banque nationale a nettement corrigé vers le bas sa prévision d'inflation conditionnelle.

Cette dernière montre un taux d'inflation de 0,4% pour 2011, de -0,3% pour 2012 et de 0,5% pour 2013.

La prévision d'inflation repose sur l'hypothèse d'un Libor à trois mois de 0% et d'un nouvel affaiblissement du franc. Il n'existe en Suisse aucun risque d'inflation dans un avenir proche. Par contre, des risques à la baisse pourraient survenir au niveau de la stabilité des prix si le franc devait cesser de s'affaiblir.

tt/jq



(AWP / 15.09.2011 09h47)

News les plus lues