BONDS/Italie/Le Trésor réussit à lever 7 mrd EUR à moyen et long terme (synth.)

(ajoute déclarations stratégiste obligataire, Monti)

Rome (awp/afp) - L'Italie a réussi à lever 7 milliards d'euros jeudi à l'occasion d'émissions obligataires au succès mitigé, lors desquelles le taux à dix ans est ressorti inférieur au seuil critique de 7%, "une bonne nouvelle mais pas de quoi pavoiser" selon les analystes.

Le chef du gouvernement Mario Monti a estimé que les émissions mercredi de 9 milliards d'euros d'obligations à court terme (six mois) et jeudi de 7 milliards de titres de dette à moyen et long terme (3 à 10 ans) s'étaient "bien passées". Pour lui, "c'est plutôt encourageant".

Le Trésor italien est parvenu à placer pour 7 milliards d'euros de titres de sa dette à trois, neuf et dix ans notamment, alors qu'il s'était fixé comme objectif de lever entre 5 et 8,5 milliards.

CONDITIONS RESTENT TRÈS DÉGRADÉES

"L'Italie continue à trouver des investisseurs pour ses papiers sur le marché primaire, même si évidemment à des conditions très dégradées: c'est la bonne nouvelle", observe René Defossez, stratège Natixis, interrogé par l'AFP.

"Ce qu'on regarde maintenant dans une adjudication, c'est autant le taux que le rapport entre l'offre et la demande, et là pour le moment a priori la demande excède toujours l'offre, ce qui est même un grand ouf" de soulagement, ajoute-t-il.

Les taux à trois ans s'inscrivaient en nette baisse à 5,62% par rapport à 7,89% le 29 novembre, confirmant le regain de confiance des investisseurs envers les émissions à court et moyen terme de l'Italie.

De même, sur la ligne à échéance mars 2022, le taux s'est inscrit en nette baisse à 6,98%, contre un record de 7,56% atteint le 29 novembre, avec un ratio entre la demande et l'offre meilleur que lors de la précédente opération similaire (1,36 contre 1,34).

"Les taux restent tout de même à des niveaux très élevés, il n'y a pas de quoi sauter au plafond, on est à 7 en fait (...) Il n'y a pas de quoi pavoiser", a nuancé M. Defossez.

Le Trésor a réussi à placer 2,5 milliards de ces emprunts de référence, alors qu'il s'était fixé pour objectif entre 2 et 3 milliards.

taux en hausse sur l'échéance 2021

En revanche, sur la ligne à échéance septembre 2021, le taux est ressorti en nette hausse à 6,70% contre 5,77% le 13 octobre dernier, date de la dernière opération similaire, toutefois antérieure à la flambée des taux.

En outre le Trésor n'a levé sur cette ligne que 1,2 milliard d'euros, ratant la fourchette prévue, entre 1,5 et 2,5 mds EUR.

L'Italie était le dernier pays européen à devoir encore emprunter des obligations sur les marchés avant le 31 décembre, mais elle va devoir refinancer sa dette pour environ 450 milliards d'euros en 2012 sur un endettement colossal de 1.900 mds, ce qui inquiète les marchés.

"C'est passé, c'est bien, les taux sont plutôt plus bas. Mais il faut se souvenir que l'année prochaine il y a un gros gros programme, que les conditions ne sont pas forcément très bonnes pour émettre tout ça, avec un ralentissement de l'activité et des recettes fiscales moins bonnes", selon M. Defossez.

"La tâche du Trésor italien ne sera pas facile", met-il en garde.

rp



(AWP / 29.12.2011 13h15)