BONDS/Le Portugal emprunte 722 mio EUR à trois mois, taux en légère hausse

Lisbonne (awp/afp) - Le Portugal a emprunté mercredi 722 millions d'euros en bons du Trésor à trois mois, à un taux en légère hausse, dans un contexte de fortes inquiétudes sur la crise de la dette dans la zone euro et les craintes concernant la Grèce.

L'Etat portugais est parvenu à placer le montant initialement prévu, compris entre 500 et 750 millions d'euros, au taux de 4,972%, légèrement supérieur à celui de la précédente opération similaire du 21 septembre (à 4,931%), selon l'agence de la dette (IGCP).

La demande pour cette émission, souscrite plus de 2 fois, a été supérieure à la précédente (1,7 fois supérieure à l'offre).

Cette émission intervient le lendemain de la décision de Standard and Poor's de confirmer la note "BBB-", soit un niveau au dessus de la catégorie spéculative, attribuée à la dette à long terme du Portugal, tout en maintenant une perspective négative.

S&P's estime que le pays est engagé" à poursuivre la mise en oeuvre du programme d'assainissement de ses finances publiques, mais précise s'attendre à un ralentissement de la croissance plus sévère qu'attendu.

Les nouvelles prévisions du gouvernement tablent sur un recul du PIB à -2,3% du PIB, contre -1,8% précédemment.

Le Portugal, qui bénéficie actuellement d'un programme d'assistance financière de l'Union européenne et du Fonds monétaire international en échange d'une aide de 78 milliards d'euros, ne se finance plus sur les marchés financiers à long terme en raison des taux élevés.

Toutefois le pays, qui souhaite revenir sur les marchés en 2013, veut garder un lien avec les investisseurs internationaux par le biais d'émissions à court terme qu'il organise régulièrement. D'ici la fin de l'année, Lisbonne prévoit de lever encore entre 3,7 et 6,7 milliards d'euros lors de cinq émissions en bons du Trésor à trois et six mois. La prochaine est prévue le 19 octobre.

Le Portugal, troisième pays après la Grèce et l'Irlande à bénéficier d'un plan de sauvetage, est confronté actuellement à de nouvelles difficultés qui mettent à mal ses efforts pour assainir ses comptes publics et qui risquent encore de durcir le programme d'austérité déjà en vigueur.

La semaine dernière, les statistiques officielles ont révélé un déficit loin encore de l'objectif que s'était fixé le gouvernement pour cette année à 5,9% du PIB, après la découverte de dettes non déclarées de l'archipel de Madère.

rp



(AWP / 05.10.2011 13h05)