BONDS EUROPE/Le marché obligataire reste tendu en attendant Bernanke

Paris (awp/afp) - Les taux des pays solides de la zone euro se sont tendus jeudi dans l'attente du discours du président de la Réserve fédérale américaine (Fed), et les rendements grecs se sont envolés sur fond de craintes quant à la mise en oeuvre du plan de sauvetage du pays.

A 19H00 HEC (17H00 GMT), les rendements grecs à 10 ans s'inscrivaient à 17,657% contre 17,493% mercredi à la clôture. Ils avaient franchi un nouveau record en séance à 18,520%.

"L'idée d'un défaut de la Grèce fait de plus en plus son chemin auprès des investisseurs", a souligné René Defossez, stratégiste obligataire chez Natixis.

Les garanties exigées par la Finlande pour sa participation au prêt international octroyé à ce pays "fragilisent la mise en oeuvre de ce plan", a-t-il expliqué.

La semaine dernière, Helsinki a annoncé être parvenu à un accord avec Athènes au sujet de ces garanties, soulevant de vives tensions dans la zone euro.

L'Autriche, les Pays-Bas, la Slovaquie et la Slovénie ont laissé entendre qu'ils souhaitaient le même traitement de faveur. L'Allemagne reste de son côté fermement opposée au versement de toute garantie.

Pour tenter d'apaiser les esprits, la Finlande s'est dite mercredi persuadée de parvenir dans les temps à un accord avec la zone euro sur cette question.

"Nous ne porterons atteinte ni à l'Union européenne, ni à l'euro, ni aux intérêts d'aucun des Etats membres", a assuré à l'AFP le ministre finlandais des Affaires européennes et du commerce extérieur Alexander Stubb.

L'autre inquiétude est sur la participation du secteur privé.

Le plan de sauvetage du 21 juillet prévoit une participation, sur une base volontaire, des créanciers privés d'un montant total de 158 milliards d'euros.

Or, pour l'instant, "une quarantaine de banques en Europe se sont dites intéressées, ce qui est très peu", a souligné M. Defossez.

Athènes a donné aux établissements bancaires jusqu'au 9 septembre pour se déterminer sur la forme de leur participation.

De leur côté, les taux des pays solides de la zone euro ont continué à se tendre.

Le Bund allemand montait à 2,183% contre 2,176% la veille et l'OAT française à 2,878% contre 2,851%.

Les investisseurs espèrent vendredi des mesures supplémentaires d'assouplissement monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour relancer l'économie américaine qui s'essouffle.

Hors zone euro, le Gilt britannique s'inscrivait à 2,183% contre 2,474% la veille.

Aux Etats-Unis, le rendement du bon du Trésor à 10 ans était à 2,215% contre 2,194% mercredi et celui à 30 ans était à 3,576% contre 3,534% la veille. Les taux courts restaient négatifs (-0,01%).

Sur le marché interbancaire, l'Euribor à trois mois, principal taux en zone euro, est resté stable à 1,539% et le Libor à trois mois libellé en dollars est monté à 0,319% contre 0,314%.

ds



(AWP / 25.08.2011 19h35)