CH/Enquête sur des établissements pour manipulation de devises (synth.)

(complète avec annonce de la Comco)

Berne (awp) - L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) mène actuellement des investigations auprès de plusieurs établissements financiers suisses quant à de possibles manipulations des cours des monnaies étrangères. Dans ce contexte, elle coordonne ses efforts avec des autorités étrangères, car plusieurs banques sont potentiellement impliquées à un niveau international, a-t-elle indiqué vendredi.

La Commission de la concurrence (Comco) a également annoncé vendredi dans un bref communiqué avoir eu connaissance d'ententes possibles entre différents instituts bancaires sur les taux de change de plusieurs devises. Elle a ouvert une enquête préalable dès fin septembre. La prise d'autres mesures ultérieures est également examinée.

La FINMA ne donne pour l'heure aucun détail sur les établissements financiers potentiellement concernés ni sur les investigations en cours.

L'enquête porte sur d'éventuelles manipulations qui s'étaient fait jour à la suite de mouvements boursiers suspects en Grande-Bretagne. Des courtiers de plusieurs banques étaient soupçonnés d'avoir utilisé les informations dont ils disposaient sur d'importantes transactions de leurs clients pour anticiper les marchés et effectuer des opérations pour leur propre compte. A l'époque, la presse avait mentionné UBS, Deutsche Bank, Citigroup et Barclays.

Le portail internet "Inside Paradeplatz" évoque vendredi le licenciement de deux courtiers liés à ces manipulations, à Zurich et à New York. UBS n'a pas souhaité réagir.

Chez UBS et CS, les porte-paroles n'ont infirmé ni confirmé leur appartenance aux établissements impliqués. La Banque cantonale de Zurich (ZKB) s'estime non concernée: "la Banque cantonale de Zurich n'a actuellement aucune connaissance d'une quelconque enquête menée par la FINMA sur des manipulations de devises", indique-t-elle.

En Grande-Bretagne, la FCA a elle aussi entamé des investigations, annoncées en juin, sans dévoiler l'identité des instituts visés. Selon la presse locale, elles concerneraient des établissements globaux.

Selon le "Financial Times", ces grands établissements étaient soupçonnés d'avoir utilisé à leur avantage des informations obtenues dans le cadre d'importantes opérations sur devises pour le compte de leurs clients. Grâce à ces informations de première main, elles ont pu développer leurs propres affaires.

Le porte-parole de la Financial Conduct Authority (FCA), l'homologue britannique de la FINMA, n'a pas souhaité transmettre d'informations à AWP sur la procédure en cours. Les autorités de surveillance ont pris note des accusations et sont "en discussion avec les parties concernées", a-t-il simplement confié. Il n'a pas commenté l'éventuelle ouverture d'une enquête. Selon lui, la FCA collabore "régulièrement avec les autorités de surveillance des autres pays, dont la FINMA".

cha/al



(AWP / 04.10.2013 18h01)