CH/Farines animales: pas d'assouplissement de l'interdiction du canibalisme

Berne (awp/ats) - La Suisse ne va pas assouplir l'interdiction d'utiliser des farines d'origine animale dans l'alimentation du bétail tant que l'UE ne bouge pas. La Confédération continuera donc de verser une aide de 48 mio CHF par an pour l'élimination des déchets carnés.

Le Conseil fédéral a adopté mercredi un rapport en réponse à un postulat de la commission des finances du National. Celle-ci s'interrogeait sur la possibilité de supprimer l'aide attribuée pour l'élimination des sous-produits animaux introduite en vue de lutter contre la maladie de la vache folle, l'ESB.

Pas question d'avoir recours à des produits d'abattage de bovins ou autres ruminants. Seuls les sous-produits de porcs, sans risques pour la santé, entrent en ligne de compte comme matières premières pour l'alimentation de volailles et vice versa, précise le gouvernement. L'interdiction du cannibalisme doit être maintenue pour des raisons scientifiques et éthiques.

La quantité de sous-produits animaux susceptibles d'être recyclés dans l'alimentation pour porcs et volailles varie entre 15'000 et 20'000 tonnes, soit 10% du total. Pour le Conseil fédéral, il devrait être difficile de rentabiliser la valorisation de ces quantités dans l'alimentation des animaux de rente.

PAS AVANT L'AUTOMNE

Le gouvernement prône donc le statu quo pour l'heure. "Si contre toute attente", un éventuel assouplissement de l'interdiction des farines animales entraÎnait une réduction substantielle des coûts d'élimination des déchets, il réexaminerait la possibilité de réduire les contributions fédérales.

L'Union européenne (UE) envisage une levée progressive du dispositif actuel. Mais elle ne décidera rien avant le second semestre de cette année, selon le rapport du Conseil fédéral.

ats/tt



(AWP / 25.01.2012 14h31)