CH/Revenus: une personne sur 7 exposée au risque de pauvreté en Suisse en 2010

Berne (awp/ats) - Près d'une personne sur sept vivant en Suisse est exposée au risque de pauvreté, a indiqué l'OFS en se basant sur des chiffres de l'année dernière. En outre, un quart des personnes vivant dans des ménages avec enfant(s) ne peut pas faire face à une dépense imprévue de 2000 francs.

Le risque de pauvreté augmente avec le nombre d'enfants dans les ménages où tous les membres sont âgés de moins de 65 ans, poursuit l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans son enquête sur les revenus et les conditions de vie publiée jeudi. Le niveau de formation joue également un rôle important sur la situation financière des ménages.

Les membres d'une famille composée de deux adultes et deux enfants de moins de 14 ans avec un revenu disponible mensuel de moins de 5000 francs sont considérés à risque de pauvreté, tout comme les personnes seules disposant de moins de 2400 francs par mois.

PRIVATIONS MATÉRIELLES

Près d'un tiers (32,8%) des personnes vivant dans une famille monoparentale sont exposées au risque de pauvreté. Celles-ci représentent le groupe social le plus menacé et sont suivies par les personnes ne disposant d'aucune formation au delà de l'école obligatoire (25,1%) et par les personnes de 65 ans et plus (23%), en particulier si elles vivent seules (29,4%).

Par ailleurs, 5,8% de la population se trouve en situation de privations matérielles d'envergure. Une personne sur 10 (9,6%) ne peut pas s'offrir chaque année une semaine de vacances hors de son domicile, 8,8% de la population dit avoir des arriérés de paiements, tandis que 7,4% ne dispose pas de moyens suffisants pour chauffer convenablement son logement.

Malgré cela, trois quarts (75,3%) des personnes âgées de 16 ans et plus se déclaraient "très satisfaites" de leur vie en général en 2010.

HELVÈTES BIEN LOTIS

Ce dernier point n'est pas en contradiction avec les précédents, a commenté pour l'ats le responsable de l'enquête, Stéphane Fleury. En effet, si la Suisse affiche un taux de risque de pauvreté dans la moyenne européenne, son taux de privations se situe parmi les plus bas du continent, derrière la Suède, le Luxembourg et la Norvège. "Le niveau de vie général reste très élevé en Suisse", note-t-il.

L'Union européenne a fixé le seuil de risque de pauvreté à 60% de la médiane du revenu disponible équivalent. Celui-ci se calcule en soustrayant les dépenses obligatoires du revenu total du ménage et en divisant le solde par la taille d'équivalence du ménage. Le but est de tenir compte du fait par exemple qu'une famille de 4 personnes ne doit pas dépenser quatre fois plus qu'une personne seule pour assurer un même niveau de vie.

En 2010 en Suisse, la médiane du revenu disponible équivalent annuel se montait à 47'567 francs. Cela signifie qu'une moitié de la population gagnait moins et que l'autre gagnait davantage que cette somme. Là encore, le pays se classe bien à l'échelle européenne puisqu'il s'agit de la troisième médiane la plus élevée derrière le Luxembourg et la Norvège.

25 PAYS SOUS LA LOUPE

L'enquête sur les revenus et les conditions de vie est coordonnée au niveau européen. Son but est d'étudier la distribution des revenus, la pauvreté, l'exclusion sociale et les conditions de vie au moyen d'indicateurs comparables. Plus de 25 pays y participent. En Suisse, elle est basée sur un échantillon de 7000 ménages sélectionnés au hasard.

ats/rp



(AWP / 15.12.2011 17h01)