Chypre: taxe bancaire de 25 % au-delà de 100'000 euros envisagée


Les autorités chypriotes envisagent de taxer à hauteur de 25 % les comptes présentant un solde supérieur à 100'000 euros détenus à la Bank of Cyprus, a annoncé samedi le ministre des Finances Michel Sarris. Cette déclaration intervient au lendemain de l'adoption par le Parlement d'un plan de restructuration des banques.

L'Île, paralysée depuis une semaine, doit conclure un plan de sauvetage avant lundi avec ses partenaires européens pour éviter la banqueroute. Les discussions avec la troïka pourraient s'achever samedi dans la soirée, dans la foulée des premières mesures adoptées vendredi soir.

La situation est devenue critique pour nombre d'entreprises chypriotes, incapables de payer leurs fournisseurs ou d'être payées. Les banques sont fermées depuis le 17 mars et tous les virements sont interdits.

Système bancaire restructuré

Les députés chypriotes ont par ailleurs approuvé vendredi soir un restructuration du secteur bancaire du pays, la création d'un fonds de solidarité et une limitation des mouvements de capitaux pour éviter une trop forte pression sur les banques à leur réouverture, prévue mardi.

Des manifestants, en particulier des employés des banques menacées, se sont rassemblés vendredi soir devant le Parlement, où une trentaine de jeunes au visage cagoulé ont brûlé un drapeau européen.

Sept milliards à trouver

Chypre doit trouver d'ici lundi 7 milliards d'euros, plus du tiers de son PIB annuel, pour débloquer l'aide internationale et obtenir que la Banque centrale européenne (BCE) continue de fournir des liquidités d'urgence aux banques chypriotes, dont certaines feraient alors immédiatement faillite.

Mardi, le Parlement avait rejeté l'idée d'une taxe exceptionnelle allant jusqu'à 9,9% sur tous les dépôts bancaires, censée rapporter 5,8 milliards d'euros, en contrepartie d'une aide de 10 milliards d'euros de la troïka BCE-Union européenne-Fonds monétaire international (FMI).



(ats / 23.03.2013 13h10)