Des barrages routiers dans quinze régions françaises


Plusieurs milliers de camions ont commencé à bloquer les routes samedi matin dans l'Hexagone à l'appel de la fédération de transporteurs routiers OTRE. Elle réclame un abandon de l'écotaxe, dont aucune date de mise en place n'a été arrêtée.

"Notre convoi d'une centaine de camions est en route sur l'A1 en direction de son point de blocage. Nous ne sommes pas encore arrivés mais la circulation (pour les autres usagers de la route) est déjà difficile", a dit à l'AFP vers 09h30 le secrétaire national de l'Organisation des transports routiers européens, Gilles Mathelié-Guinlet.

Quatre mille camions attendus

"C'est la même situation partout ailleurs, il y a par exemple 200 camions qui sont en route sur l'A4. Nous sommes toujours aussi déterminés", a-t-il indiqué.

Des barrages filtrants devaient être installés dans quinze régions françaises à partir de 10h00 et 4000 camions sont attendus, selon l'organisation patronale qui revendique 3000 adhérents au total. Si les véhicules légers doivent pouvoir passer, les poids lourds "notamment ceux en transit international, seront bloqués", avait prévenu dès vendredi M. Gilles Mathelié-Guinlet.

Vingt-six barrages

Un total de 26 barrages doivent être mis en place. Lors de la précédente manifestation organisée par l'OTRE il y a quinze jours, 19 points de manifestation avaient été recensés. Au total, 2100 poids lourds selon le ministère de l'Intérieur, 4000 selon la fédération, avaient provoqué des ralentissements autour des grandes villes. Les cortèges s'étaient rassemblés autour de portiques écotaxe.



(ats / 30.11.2013 10h44)