France: le déficit de l'Etat se creuse en mai en raison des comptes spéciaux

PariS (awp/afp) - Le déficit du budget de l'Etat français s'est légèrement creusé fin mai, à 68,4 milliards d'euros contre 67,9 milliards un an plus tôt, mais cette dégradation est liée aux seuls comptes spéciaux, a annoncé vendredi Bercy.

Le solde du budget général s'est pour sa part amélioré de 11,1 milliards d'une année sur l'autre, grâce à une diminution des dépenses et une amélioration des recettes, a précisé le ministère du Budget, dans un communiqué.

Le gouvernement table sur un déficit budgétaire de 91,6 milliards d'euros en fin d'année, après un record de 148,8 milliards en 2010, afin de ramener le déficit public (Etat, collectivités locales, sécurité sociale) de 7,1% du produit intérieur brut (PIB) l'an dernier à 5,7% en 2011.

Le solde des comptes spéciaux (avances et opérations financières) s'est creusé de 11,6 milliards en raison de deux décaissements en janvier et mars du prêt à la Grèce, et du fait des avances octroyées aux collectivités locales cette année, dans le cadre de la réforme de la taxe professionnelle - une mesure qui n'aura pas d'impact sur le déficit en fin d'année.

Au 31 mai, les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) ont atteint 152,7 milliards d'euros contre 157,4 milliards un an plus tôt, un rythme "en ligne avec la prévision", assure Bercy.

Cette baisse est due au fait qu'en 2010, des dépenses exceptionnelles liées à la réforme de la taxe professionnelle avaient pesé sur le budget. Elle est atténuée notamment par l'alourdissement de la charge de la dette (+2,4 milliards) qui reste toutefois conforme aux prévisions, selon le ministère.

Les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) se sont elles établies à 108,8 milliards, contre 102,4 milliards fin mai 2010.

Les recettes fiscales nettes sont en hausse de 7,1 milliards sur un an, grâce notamment à une amélioration spectaculaire de plus de 60% des entrées de l'impôt sur les sociétés, dont le produit s'était effondré avec la crise.

Quant aux recettes non fiscales, elles ont été de 4,3 milliards d'euros, contre 4,9 milliards un an plus tôt.

sm



(AWP / 08.07.2011 09h25)