GB/Scandale du Libor: le gendarme financier britannique enquête sur 7 banques

(reprise de la veille)

Londres (awp/afp) - Le gendarme britannique du secteur financier, le FSA, enquête sur sept établissements financiers dans le cadre du scandale sur des manipulations de taux interbancaires, qui a décapité la banque britannique Barclays, a indiqué lundi l'une de ses responsables.

Le FSA "enquête sur un certain nombre d'institutions", a indiqué Tracey McDermott, directrice du département en charge des délits financiers et du respect de la réglementation, devant la Commission du Trésor de la Chambre des Communes.

"Sept établissements" sont concernés, a-t-elle précisé, sous pression des députés. "Il ne s'agit pas uniquement de banques britanniques", a-t-elle ajouté, sans vouloir donner davantage de détails car les enquêtes sont "toujours en cours".

Des enquêtes ont également été ouvertes par des autorités dans d'autres pays.

Le scandale a éclaté le 27 juin, lorsque Barclays a révélé qu'elle allait payer environ 360 millions d'euros pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain dans une affaire de manipulation des taux interbancaires britannique Libor et européen Euribor entre 2005 et 2009.

Ces taux servent de référence dans des produits financiers, et peuvent avoir des conséquences sur des prêts aux particuliers et aux entreprises.

En ce qui concerne d'éventuelles poursuites en justice à l'encontre des personnes ayant tenté de manipuler les taux interbancaires, Mme McDermott a relevé les "capacités très limitées" du FSA en la matière.

"Nous avons conclu qu'il n'y avait pas de perspective réaliste à engager des poursuites sur la base des infractions de marchés qui relèvent de notre compétence, à savoir la faute professionnelle", a-t-elle indiqué.

L'office britannique de lutte contre la délinquance financière (SFO) a lui ouvert une enquête pénale le 6 juillet.

Entendu en même temps que Mme McDermott par la Commission, le responsable du département en charge du respect des règles prudentielles au FSA, Andrew Bailey, a relevé qu'il existait chez Barclays une "culture du jeu" instillée par le "sommet", c'est-à-dire par le directeur général Bob Diamond qui a démissionné à cause du scandale.

Le président du FSA Adair Turner a lui indiqué avoir lancé une enquête interne pour identifier les raisons pour lesquelles son institution n'avait pas agi malgré maintes alertes émanant dès 2007 d'employés de Barclays et de dirigeants d'autres banques concernant des manipulations du Libor.

Le gendarme du secteur financier, a-t-il dit, ne s'est formellement intéressé à ce qui est devenu le scandale du Libor qu'en mai 2010 après avoir été informé du lancement d'enquêtes par les autorités américaines.

rp



(AWP / 17.07.2012 06h21)