Greek election impasse heralds lengthy instability

ATHENES (AP) — La Grèce s'apprête à affronter plusieurs jours voire plusieurs semaines d'instabilité politique après les élections législatives qui ont sanctionné les grands partis politiques soutenant l'austérité exigée par les institutions internationales pour sauver le pays de la faillite. Aucun parti n'a obtenu de majorité pour gouverner seul et l'extrême droite va faire son entrée au Parlement.

Avec plus de 99% des bulletins dépouillés, les conservateurs de la Nouvelle Démocratie arrivait en tête avec 18,9%, soit 108 des 300 sièges du parlement. Le chef du parti Antonis Samaras, qui soutient l'austérité, va lancer les pourparlers pour la formation d'un gouvernement d'union.

"Je comprends la colère du peuple, mais notre parti ne laissera pas la Grèce sans gouvernement", a déclaré Antonis Samaras à l'issue du vote de dimanche.

Après avoir reçu le mandat du président Karolos Papoulias, Antonis Samaras disposera de trois jours pour trouver un accord. Une mission quasi-impossible, car même avec le soutien de l'autre grand parti du pays, le PASOK, il manque deux sièges à Nouvelle Démocratie (ND) pour disposer d'une majorité gouvernementale.

Les grands vainqueurs du scrutin sont la coalition de gauche Coalition de la gauche radicale (Syriza), qui arrive en deuxième position avec 16,76% des suffrages, soit 52 sièges au parlement, et le parti d'extrême droite Aube Dorée avec 7% des voix et 21 sièges.

Face à cette incertitude politiques, les marchés européens ont vivement réagi à ces résultats, et la Bourse grecque a dévissé de près de 8% lundi matin.

La Grèce dépend depuis mai 2010 de deux plans de sauvetage pluriannuels de plusieurs centaines de milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) qui lui ont évité la faillite. Mais Athènes a dû prendre en contrepartie des mesures d'austérité extrêmement dures qui ont éreinté l'économie du pays, entré dans sa cinquième année de récession, et fait flamber le chômage à 21,8% de la population active. AP

ljg/v


(AP / 07.05.2012 10h20)