Honduras: l'ancien dirigeant Zelaya autorisé à rentrer au pays


Le président hondurien Porfirio Lobo et l'ex-chef de l'Etat renversé Manuel Zelaya, ont signé un accord de "réconciliation nationale", ont-ils annoncé dimanche à Cartagena, en Colombie. Le texte prévoit le retour de Zelaya dans son pays et du Honduras au sein de l'Organisation des Etats américains (OEA).

"Un pas d'une très grande importance a été effectué en vue de la consolidation de l'unité de tous les latino-américains", a déclaré Porfirio Lobo après la signature de l'accord, avant de s'adresser à Manuel Zelaya: "Vous pouvez rentrer chez vous tranquillement", lui a-t-il dit.

Par le biais de ce texte, signé à Cartagena (nord) Tegucigalpa s'engage à respecter "pleinement les droits" de Manuel Zelaya, sa "sécurité" et sa "liberté".

L'actuel gouvernement s'engage aussi à veiller "au respect et à la protection des droits de l'homme", et à l'inclusion dans les "processus politiques et électoraux" du parti de Zelaya, le Front national de résistance populaire (FNPR).

Accord "historique"

Manuel Zelaya a pour sa part salué un accord "historique" de "réconciliation nationale", en assurant qu'il s'agissait de "bonnes nouvelles pour les démocraties d'Amérique latine".

La réunion entre Porfirio Lobo et Manuel Zelaya avait été annoncée en début de matinée par la présidence colombienne et de Tegucigalpa, presque simultanément.

Elle fait suite à une médiation de plusieurs semaines menée par le président colombien Juan Manuel Santos, présent dimanche, et son homologue du Venezuela Hugo Chavez, représenté à Cartagena par son ministre des Affaires étrangères Nicolas Maduro.



(ats / 23.05.2011 08h11)