La voix du ministre français Cahuzac "probablement" authentifiée


Le ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, est probablement l'interlocuteur évoquant la détention d'un compte bancaire en Suisse dans un enregistrement révélé par le site français Mediapart, a indiqué mardi le parquet de Paris. Ce dernier souhaite enquêter en Suisse pour "blanchiment de fraude fiscale".

La police technique et scientifique a comparé la voix avec celle de M. Cahuzac et estimé que "le résultat de notre analyse renforce l'hypothèse que Jérôme Cahuzac est le locuteur inconnu", selon le parquet.

Sur l'enregistrement diffusé par Mediapart et qui date, selon le site, de la fin de l'année 2000, un homme dit à un interlocuteur non identifié: "Ca me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques".

Le site Mediapart appuie ses accusations sur une bande audio sur laquelle une voix attribuée à Jérôme Cahuzac évoque en 2000 un compte en Suisse. L'enregistrement était en possession depuis douze ans de l'avocat Michel Gonelle, ancien rival politique de Jérôme Cahuzac dans le sud-ouest de la France.

Le parquet a aussi décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "blanchiment de fraude fiscale" en raison de la nécessité d'enquêter en Suisse mais également à Singapour, a-t-il précisé dans un communiqué.

Compte clôturé

Selon le site d'information Mediapart, le compte que M. Cahuzac aurait eu chez UBS aurait été clôturé en 2010 et les avoirs transférés, via des montages complexes, à Singapour.

Depuis les premières accusations de Mediapart, publiées fin 2012, le ministre, pilier du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, nie avoir eu un quelconque compte à l'étranger. "Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de compte à l'étranger. Ni maintenant, ni avant", avait-il encore déclaré devant les députés français le 5 décembre dernier.

A propos de la conversation enregistrée, M. Cahuzac a déclaré début janvier: "Ca ne peut pas être moi puisque je n'ai jamais eu de compte à l'étranger". Le ministre a de son côté annoncé le dépôt d'une plainte en diffamation contre Mediapart.

La France a envoyé une demande d'entraide fiscale à la Suisse. Le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici avait confirmé début février avoir reçu des réponse, sans pouvoir les rendre publiques.



(ats / 19.03.2013 17h34)