Les "indignés" manifestent aux cris de "voleurs" devant Bankia


Tapant pour certains sur des tambours et des casseroles, et aux cris de "voleurs", des milliers de personnes ont manifesté samedi devant le siège de Bankia à Madrid. Ils ont fustigé le sauvetage public de la banque qui a précipité une crise financière et un plan d'aide européen d'envergure.

Les manifestants avaient auparavant défilé pendant deux heures, à l'appel de plus plusieurs groupes du mouvement des "indignés", né en mai 2011 de l'exaspération à l'égard de la crise, pour dénoncer la corruption et l'incapacité des politiques à en sortir.

Sur le chemin, ils ont collé des affiches sur chaque succursale de Bankia où on pouvait lire: "cette banque trompe, escroque, et jette les gens à la rue", faisant allusion aux expulsions en série de propriétaires ne pouvant plus payer leur crédit et aux "produits toxiques" vendus par la banque.

"Coupables! Coupables! Voleurs! Voleurs!", hurlaient les manifestants devant le siège de la banque, quadrillé par une haie de policiers antiémeute portant des gilets pare-balles et qui ont troqué leur casquette pour un casque à l'arrivée du cortège.

"Votre dette, nous ne la paierons pas", "nous voulons une solution, les banquiers en prison", criaient-ils encore à grand renfort de cornes de brume, de sifflets, en tapant sur des casseroles et des tambours.

"On a commencé à sortir les casseroles lorsque la prime de risque a dépassé les 500 points", raconte Alejandra Pinel, une étudiante en droit de 25 ans, qui fait allusion à la montée en flèche des taux d'emprunt qui met l'Espagne en position très difficile pour se financer sur les marchés.

Plainte contre Bankia

Tous dénoncent le sauvetage public de 23,5 milliards d'euros de Bankia et le plan d'aide européen atteignant jusqu'à 100 milliards d'euros destiné au secteur bancaire espagnol.

"Sauvetage bancaire = vol des citoyens", pouvait-on lire sur une banderole. "Car ils veulent convertir la dette privée des banques en une dette publique. C'est une escroquerie", s'emporte Oscar, un chômeur de 46 ans.

Les "indignés" ont porté plainte jeudi contre Bankia, exigeant, comme d'autres organisations de la société civile, des comptes sur le scandale bancaire qui a plongé le pays dans une crise financière historique.



(ats / 17.06.2012 01h00)