Mitsubishi UFJ 9 mois: les profits s'envolent, à l'instar des autres banques

(synthèse)

Tokyo (awp/afp) - A l'instar des autres banques japonaises, le groupe Mitsubishi UFJ a annoncé lundi un bond de son bénéfice net lors des neuf premiers mois de l'exercice en cours, pendant lesquels il a conclu le rachat de la Bank of Ayudhya thaïlandaise pour près de 4 milliards d'euros.

Entre le 1er avril et le 31 décembre, ce mastodonte qui recouvre diverses activités bancaires et financières a dégagé un bénéfice net en hausse de 47% à 785,4 milliards de yens (5,8 milliards d'euros au taux de change moyen de la période).

Pour l'exercice qui sera clos le 31 mars, il prévoit toujours un bénéfice net annuel de 910 milliards de yens (6,6 milliards d'euros au taux de change actuel), soit 7% de plus que l'an passé.

Le groupe a expliqué dans un communiqué avoir amélioré ses coûts du crédit de plus d'un milliard d'euros sur un an, en raison d'une diminution des provisions pour couvrir les pertes liées aux créances douteuses.

Il a aussi amélioré dans des proportions similaires le résultat de ses activités de gestion de fonds adossés aux marchés d'action. Le groupe a profité à plein des "Abenomics", la politique du Premier ministre japonais de droite Shinzo Abe qui, en demandant à la Banque du Japon d'assouplir sa politique monétaire, a engendré l'euphorie boursière. L'indice vedette de la Bourse de Tokyo, le Nikkei 225, s'est envolé de 57% en 2013.

Ces facteurs positifs ont plus que compensé l'augmentation des frais généraux du groupe bancaire, lié à des dépenses supplémentaires engagées dans ses filiales à l'étranger.

Les revenus courants de Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) ont pour leur part grimpé de 11% à 3.812,9 milliards de yens (28,2 milliards d'euros).

En décembre, le groupe a acquis vis sa filiale Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ quelque 72% de la banque thaïlandaise Bank of Ayudhya (Krungsri) pour 536 milliards de yens (3,9 milliards d'euros), en rachetant entre autres la part que le géant américain General Electric y possédait (un bon quart du capital).

C'est la première fois qu'une "mégabanque" japonaise prend directement le contrôle d'une homologue en Asie, où le groupe veut augmenter sa présence dans les pays émergents. Cette acquisition a représenté l'une des plus importantes effectuée par une banque japonaise depuis que MUFG a investi 900 milliards de yens (6,5 milliards d'euros au taux de change actuel) dans la banque américaine Morgan Stanley en 2008.

MUFG était la dernière des trois "mégabanques" japonaises à annoncer ses résultats, après ceux, déjà très favorables, publiés la semaine dernière par Sumitomo Mitsui Financial Group et Mizuho Financial Group pour les neuf premiers mois de l'exercice.

"Les grandes banques nippones voient leur activité bénéficier de la reprise économique au Japon, leur fardeau de mauvaises créances se réduit", a expliqué à l'AFP Yoshihiro Okumura, analyste chez Chibagin Asset Management, évoquant aussi l'effet positif de l'euphorie à la Bourse de Tokyo pour leurs filiales financières.

Sumitomo Mitsui a annoncé une hausse de 28% de son bénéfice net, à 705 milliards de yens (5,22 milliards d'euros au taux de change moyen de la période), soit 94% de sa prévision de profit net annuel de 750 milliards de yens (-5,5% sur un an), maintenue en l'état.

Mizuho, qui a fait les gros titres des journaux ces derniers mois après avoir reconnu avoir prêté de l'argent à des membres du crime organisé (yakuzas), a élevé de 44% son bénéfice net, à 563,1 milliards de yens (4,2 milliards d'euros). Pour l'ensemble de l'exercice qui sera clos le 31 mars, elle prévoit un bénéfice net de 600 milliards de yens.

"L'activité bancaire devrait rester dynamique grâce aux investissements des entreprises ainsi qu'au boom de la construction favorisé par l'organisation des Jeux olympiques à Tokyo en 2020", a ajouté M. Okumura, qui a toutefois mis en garde contre l'impact d'éventuelles difficultés à la Bourse de Tokyo inquiète pour les pays émergents.

afp/jq



(AWP / 03.02.2014 10h51)

News les plus lues