PÉTROLE/Iran: Parlement en congé sans décider d'arrêter les ventes à l'Europe

Téhéran (awp/afp) - Le Parlement iranien est entré mercredi dans une période de congés d'un mois en vue des législatives du 2 mars sans mettre à exécution sa menace de voter une loi pour l'arrêt des ventes de pétrole à l'Europe, malgré une déclaration de 200 députés en faveur d'une telle mesure.

"Tout en soutenant les actions de représailles envisagées par le ministère du Pétrole et le ministère de l'Industrie et du Commerce, le Parlement demande que les clients européens du pétrole iranien soient remplacés par des clients d'autres pays", ont indiqué ces députés dans leur déclaration sans autre précision.

Cette déclaration n'est pas contraignante. Les députés ont suspendu leurs travaux jusqu'au 4 mars pour préparer la campagne des législatives, dont le premier tour est fixé au 2 mars.

Le président du Parlement Ali Larijani avait déclaré mardi que le Parlement était prêt à examiner un projet de loi pour cesser les ventes de pétrole à l'Europe.

Les pays de l'Union européenne se sont mis d'accord le 23 janvier pour imposer un embargo pétrolier graduel sans précédent contre l'Iran ainsi que pour sanctionner sa banque centrale afin d'assécher le financement de son programme nucléaire controversé.

Les nouveaux contrats pétroliers avec l'Iran ont été interdits par l'UE avec effet immédiat, mais les principaux acheteurs du pétrole iranien (Grèce, Italie et Espagne) ont jusqu'au 1er juillet pour annuler les contrats existants afin de trouver d'autres fournisseurs.

Deuxième pays de l'Opep, l'Iran produit actuellement 3,5 millions de barils de pétrole par jour et en exporte près de 2,5 millions, dont environ 20% vers des pays de l'UE.

L'Iran exporte plus de 70% de son pétrole vers les pays d'Asie.

Fin janvier, le Parlement iranien avait évoqué le vote d'un projet de loi pour interdire immédiatement les ventes de pétrole, mais l'a finalement renvoyé à une date ultérieure.

tt



(AWP / 08.02.2012 12h16)