PÉTROLE/Le brut finit en hausse en dépit d'indicateurs américains mitigés

(reprise de la veille)

New York (awp/afp) - Les cours du pétrole ont terminé en hausse lundi à New York et à Londres, un regain d'optimisme des courtiers à l'égard des perspectives économiques mondiales, et de la demande en brut, l'emportant sur des indicateurs économiques mitigés publiés en début de journée aux Etats-Unis.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars s'est apprécié de 56 cents à 96,44 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a terminé à 113,48 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 20 cents par rapport à la clôture de vendredi.

"Ce fut une séance mitigée du point de vue des indicateurs économiques aux Etats-Unis, avec des commandes de biens durables encourageantes mais une déception du côté des promesses de ventes de logements aux Etats-Unis", a résumé David Bouckhout, de TD Securities.

Les commandes de biens durables, qui indiquent le niveau d'investissement des entreprises américaines dans leur outil de production, ont augmenté de 4,6% en décembre par rapport au mois précédent, bien plus qu'attendu par les analystes.

Cette nouvelle, publiée peu avant l'ouverture du marché, avait stimulé les prix.

"C'est un nouveau signe de l'amélioration du contexte économique, ce qui signifie une accélération de l'activité et de la demande en énergie", a noté John Kilduff, de Again Capital.

L'annonce surprise d'une baisse prononcée, de 4,3%, des promesses de ventes de logements en décembre après trois mois de hausse avait toutefois provisoirement fait passer le marché en territoire négatif.

Cependant, pour M. Bouckhout, "les nouvelles économiques ont été en général plutôt positives ces derniers temps" dans le monde, ce qui expliquait selon lui le rebond des prix en deuxième partie de séance après une réaction "excessive" suite à la sortie de cet indicateur.

Les risques géopolitiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, qui faisaient peser des menaces sur l'offre en brut, "continuent à soutenir" les cours de l'or noir, "même si une partie d'entre eux ont déjà été intégrés aux prix", a relevé M. Bouckhout.

Les courtiers surveillaient ainsi particulièrement la situation en Algérie, un important producteur d'énergie en Afrique du Nord, où deux gardes en charge de la surveillance d'un gazoduc ont été tués et sept autres blessés dimanche soir dans une attaque islamiste.

Ces événements "provoquent une augmentation de la prime de risque sur les cours" du brut, a noté John Kilduff.

En Egypte, un pays clef pour le transport et l'approvisionnement de pétrole dans la région, l'état d'urgence est entré en vigueur lundi dans trois provinces du pays, secouées par des violences meurtrières qui ont fait une cinquantaine de morts en trois jours.

Les opérateurs se préparaient par ailleurs à une semaine riche en indicateurs aux Etats-Unis, avec notamment les chiffre mensuels de l'emploi et du chômage vendredi, selon Matt Smith, de Schneider Electric.

Ils surveilleront également la réunion mensuelle de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) mardi et mercredi.

rp



(AWP / 29.01.2013 06h21)